"Jungle" de Calais : l'évacuation aura bien lieu

Le tribunal administratif a rendu sa décision. L'évacuation d'une partie de la "jungle" de Calais pourra avoir lieu et se fera par le dialogue, a précisé Bernard Cazeneuve.

FRANCE 2

La "jungle" de Calais pourra, en partie, être démantelée. C'est la décision rendue jeudi 25 février, par le tribunal administratif. Une décision saluée par Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur, qui exclut tout usage de la force pour l'évacuation. Huit associations avaient saisi la justice pour empêcher l'expulsion des migrants. "Je ne m'attendais pas du tout à ce qu'en plein hiver, un juge autorise l'expulsion de gens, comme ca", explique Christian Salomé, de l'association "L'auberge des migrants", au micro de France 2.

Où seront-ils relogés ?

Certains des riverains qui habitent en face de la jungle se disent soulagés. "On va récupérer notre quartier, la tranquillité, pour nous et les enfants", explique une habitante. La question se pose donc de savoir où vont être relogés les migrants du camp qui sera démantelé.

Le JT
Les autres sujets du JT
Jahangir, un orphelin afghan âgé de 10 ans, fait du vélo dans la jungle de Calais, le 23 février 2016. Ses deux parents sont morts durant la guerre.
Jahangir, un orphelin afghan âgé de 10 ans, fait du vélo dans la jungle de Calais, le 23 février 2016. Ses deux parents sont morts durant la guerre. (MAXPPP)