Campement humanitaire : "Il fallait des actions à Calais", selon le HCR

La porte-parole en France du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés revient sur l'annonce de la création d'un campement humanitaire pour les migrants à Calais, sur le plateau de France 3.

FRANCE 3
Quelques heures après l'annonce de la création d'un campement humanitaire à Calais (Pas-de-Calais) pour "début 2016", la porte-parole en France du HCR a souligné, lundi 31 août, qu'il "fallait des actions" dans la région pour venir en aide aux réfugiés.
 
Lors d'un déplacement à Calais, le Premier ministre français, Manuel Valls, a annoncé plusieurs mesures pour les migrants, et notamment la création d'un campement de 120 tentes, avec l'aide de l'Union européenne.
 
"Ce qui est sûr, c'est qu'il fallait des actions à Calais, parce qu'il ne faut pas oublier (...) que beaucoup de personnes qui sont à Calais sont des personnes qui fuient la guerre", a réagi sur le plateau du Soir 3 Céline Schmitt, du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, évaluant leur nombre à 3 000. "Elles font partie des 300 000 personnes qui sont arrivées en Europe cette année."

Identifier et protéger les réfugiés qui fuient la guerre

"Il faut permettre à ces personnes, tout d'abord de pouvoir demander l'asile en France, mais également d'avoir des conditions de vie décentes", a poursuivi la porte-parole en France du HCR. Ces centres permettent de "bien identifier les personnes qui sont des réfugiés et qui fuient la guerre, et qui ont besoin de protection en Europe et qui doivent demander l'asile". 
 
"Il faut une réponse européenne commune à cette situation" pour "protéger ces personnes et leur apporter une assistance", estime Céline Schmitt.
 
Le JT
Les autres sujets du JT
Des policiers aux côtés de migrants sur la route qui conduit au port de Calais (Pas-de-Calais), le 5 août 2015.
Des policiers aux côtés de migrants sur la route qui conduit au port de Calais (Pas-de-Calais), le 5 août 2015. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)