Calais : la "jungle" se vide progressivement

La "jungle" de Calais (Pas-de-Calais) vit ses derniers jours, le démantèlement a commencé ce lundi 24 octobre au matin dans le calme. Entre 6 000 et 8 000 personnes sont appelées à évacuer en car, direction des centres d'accueil et d'orientation.

France 3

Des tentes abandonnées et des restes de nourritures, vestiges de la présence des migrants dans la "jungle". Depuis l'aube de ce lundi 24 octobre, plus de 1 500 d'entre eux ont quitté le camp dans ces bus. Et malgré les longues files d'attente, les départs, encadrés par les associations se sont déroulées dans le calme. "Beaucoup d'entre eux sont contents de quitter la 'jungle' parce que c'est un endroit affreux pour y vivre", explique cette bénévole.

1 300 mineurs isolés

Première étape avant d'accéder aux bus, passer par sas. Dans ce hangar désaffecté les mineurs isolés sont à part il y en a 1 300 dans la "jungle". Parmi eux Aminullah 15 ans est inquiet, il est parti seul d'Afghanistan et cherche à rejoindre sa famille en Angleterre. Si les mineurs devaient pouvoir gagner l'Angleterre, les autres migrants doivent quitter la "jungle". Une situation qui peut s'avérer tendue dans les prochains jours.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des migrants font la queue à l\'entrée d\'un hangar, dans lequel ils sont orientés, pendant l\'évacuation de la \"jungle\" de Calais, le 24 octobre 2016, à Calais.
Des migrants font la queue à l'entrée d'un hangar, dans lequel ils sont orientés, pendant l'évacuation de la "jungle" de Calais, le 24 octobre 2016, à Calais. (FRANCOIS LO PRESTI / AFP)