Calais : des associations d'aide aux migrants refusent de rencontrer Emmanuel Macron

L'Auberge des Migrants et Utopia 56, invitées à échanger avec le chef de l'Etat mardi, ont estimé que la rencontre serait "inutile".

Emmanuel Macron lors d\'une conférence de presse à Rome, en Italie, le 11 janvier 2018.
Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse à Rome, en Italie, le 11 janvier 2018. (ANDREAS SOLARO / AFP)

Deux associations d'aide aux migrants ont annoncé, lundi 15 janvier, qu'elles refusaient de rencontrer Emmanuel Macron lors de sa visite prévue mardi à Calais. L'Auberge des migrants et Utopia 56 ont estimé, dans un communiqué, que cette rencontre "leur semblait inutile". "Elle succède à d’autres rencontres (Messieurs Valls, Cazeneuve, Collomb...) auxquelles nous avons participé et qui ont servi d’alibi à des autorités simplement soucieuses de faire croire à un dialogue avec les associations calaisiennes", ont-elles justifié.

Selon les deux associations, le chef de l'Etat "vient parler [des] accords du Touquet, sur la gestion de la frontière avec les autorités britanniques, et le projet de loi sur les migrations". Elles ajoutent :

Nous désapprouvons ces politiques, qui ont créé la situation calaisienne, et qui l'aggraveront.L'Auberge des migrants et Utopia 56dans un communiqué

"Alors même que le gouvernement n'a pas écouté les grandes organisations humanitaires, ni sur leurs critiques, ni sur leurs propositions, pourquoi le président tiendrait-il compte des mêmes critiques et propositions des associations locales ?" poursuit le texte. "La rencontre avec le président de la République (...) ne peut que permettre au chef de l'exécutif de déclarer qu'il y a eu dialogue avec les associations, alors que les décisions politiques importantes sont déjà prises."

Une plainte pour dégradation de biens prêtés

L'Auberge des Migrants a par ailleurs annoncé, dans un second communiqué, avoir déposé une plainte commune avec le Secours catholique pour destruction et dégradation de sacs de couchages. Ces biens avaient été mis à disposition des migrants de Calais "pour leur permettre de ne pas mourir de froid""Chaque semaine, des sacs de couchage, bâches et tentes sont mis à la benne, détruits, voire gazés, précisent les associations. En vue des faits observés, L’Auberge des migrants et le Secours catholique ont décidé de porter plainte aujourd’hui contre X pour destruction et dégradation de biens prêtés par nos associations."