Cet article date de plus d'un an.

Guyane : la pêche illégale, un fléau difficile à éradiquer

Publié Mis à jour
Guyane : la pêche illégale, un fléau difficile à éradiquer
Guyane : la pêche illégale, un fléau difficile à éradiquer Guyane : la pêche illégale, un fléau difficile à éradiquer
Article rédigé par France 2 - O.Poncelet, M.Diawara, E.Revidon
France Télévisions
France 2
Au large de la Guyane, les pêcheurs illégaux pillent les réserves de poissons. Équipés de grands filets, ils sont la hantise de la marine nationale, qui doit repérer les embarcations par avion pour ensuite les neutraliser. Vu l'étendue de la zone à surveiller, la mission est quasiment impossible.

Les eaux guyanaises, riches en poissons, attirent les bateaux de pêche clandestins qui viennent piller tout ce qu'ils peuvent. Plusieurs fois par an, l'association écologique WWF survole le large de la Guyane pour compter les bateaux de pêche clandestins. Avec leurs filets de 10 km, au lieu des 2,5 km autorisés, ces embarcations mettent en danger de nombreuses espèces. Venus du Suriname ou du Brésil, ces bateaux de pêche illégaux sont toujours plus nombreux.

Une zone immense à surveiller

Pour lutter contre ce fléau, la marine française est en alerte, et utilise elle aussi des moyens aériens, pour localiser chaque embarcation suspecte. Le bateau de pêche illégal identifié, les gendarmes embarquent sur leur vedette et se chargent de l'arraisonner. Le filet du bateau est ensuite détruit, et la cargaison de poissons est rejetée à l'eau.

La zone à surveiller par la marine nationale est immense : elle représente plus de 11 fois la surface de l'Île-de-France. Alors, la marine peine à intercepter des embarcations toujours plus nombreuses. Face à cette concurrence illégale venue des pays voisins, les pêcheurs guyanais affirment ramener dans leurs filets beaucoup moins de poissons qu'auparavant. En Guyane, la pêche illégale représenterait aujourd'hui le double des prises de poissons des pêcheurs français. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.