Cet article date de plus de cinq ans.

UberPop : deux dirigeants d'Uber placés en garde à vue à Paris

Ces gardes à vue sont liées à une enquête de 2014 pour travail illégal et dissimulation de données informatiques, selon i-Télé.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des policiers lors des affrontements entre conducteurs de VTC et taxis en grève, à Paris, le 25 juin 2015. ( CHARLES PLATIAU / REUTERS)

Thibaud Simphal, directeur général d'Uber France, et Pierre-Dimitri Gore-Coty, directeur général d'Uber en Europe, ont été placés en garde à vue dans les locaux de la police judiciaire de Paris, lundi 29 juin. Ces gardes à vue interviennent dans le cadre d'une enquête sur le service UberPop. Selon i-Télé, il s'agit d'une enquête pour travail illégal et dissimulation de données informatiques.

Un arrêté interdit l'activité d'UberPop

Ouverte en novembre 2014, avant la mobilisation des taxis contre le travail clandestin dans le secteur, cette enquête préliminaire vise ce système de mise en relation de clients avec des particuliers. Les clients d'UberPop sont transportés contre rémunération, mais sans que la société s'acquitte de charges sociales.

Les 80 policiers chargés des taxis parisiens ont reçu l'appui de 200 collègues dans le cadre de la lutte contre le service UberPop, a annoncé dimanche 28 juin la préfecture de police de Paris. A la demande du ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, le préfet de police de Paris a pris, jeudi, un arrêté interdisant l'activité d'UberPop, déjà proscrite par la loi Thévenoud promulguée à la fin 2014. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.