Uber se moque du maire de New York pour contester la limitation du nombre de chauffeurs

L'application de réservation de VTC a inclus une option "De Blasio" qui simule les conséquences néfastes d'un gel des licences de chauffeur accordées par la ville.

Un utilisateur de téléphone portable lançant l\'application Uber.
Un utilisateur de téléphone portable lançant l'application Uber. (DA QING / IMAGINECHINA / AFP)

A New York (Etats-Unis), comme dans de nombreuses grandes villes du monde, les habitants ont pris l'habitude de réserver des VTC via Uber. Mais jeudi 16 juillet, les utilisateurs New yorkais de l'application ont eu une surprise. Sur la page d'accueil, une nouvelle option est apparue, comme le relaie The Verge : elle porte le nom de "De Blasio", le patronyme du maire de New York Bill De Blasio.

Habituellement, les clients peuvent visualiser les chauffeurs disonibles dans leur secteur. Sur cette carte, ils peuvent alors changer de type de VTC visibles, plus ou moins grands ou plus ou moins luxueux. Mais avec l'option "De Blasio", les VTC disparaissent et l'attente minimum pour obtenir un véhicule grimpe immédiatement à 25 minutes.

La maitrie veut lutter contre l'engorgement du trafic

Cette initiative est évidemment ironique et a pour but de dénoncer une mesure du conseil de la ville de New York, soutenue par le maire, qui prévoit de geler le nombre de licences accordées aux chauffeurs de VTC. Le but pour la mairie est de lutter contre l'engorgement du trafic que favoriserait le succès exponentiel des voitures de transport avec chauffeur à New York.

De son côté Uber promet "l'évaporation de 10 000 emplois" si la mesure est votée et multiplie les initiatives pour faire plier le maire en tentant de mettre la population de son côté. Quand on insiste pour utiliser l'option De Blasio sur l'application, elle vous propose de signer une pétition contre le gel des licences. Comme le relaie le Business Insider, l'entrerpise va jusqu'à offrir des voyages en VTC gratuits aux personnes qui manifestent contre la mesure.