Les chauffeurs Uber s'inquiètent

La direction d'Uber a imposé une baisse des tarifs de 20%, alors même que les compagnies de taxis ont proposé de nouvelles offres commerciales sur Paris.

FRANCE 2

La société américaine Uber a décidé de contre-attaquer sur le terrain commercial des chauffeurs professionnels : elle vient d'annoncer une baisse des tarifs de 20% sur Paris. Le montant de la course minimum est même abaissé : de huit euros pour 3km, il passe à cinq euros.
Une stratégie qui fait grincer des dents les chauffeurs de l'entreprise. Issa Bakayoko, chauffeur VTC depuis trois ans estime ne plus pouvoir "vivre décemment", et être "en dépendance économique avec Uber", qui leur demande de travailler "quatre heures en plus pour avoir un revenu décent".

Rassemblement devant le siège

Dans un communiqué, la firme se justifie en déclarant qu'"être commandés par plus de passagers permet aux chauffeurs de réaliser plus de courses (...) et ainsi d'augmenter leur chiffre d'affaires global". En colère, une centaine de travailleurs se sont réunis vendredi 9 octobre au siège de l'entreprise pour protester contre ces nouvelles mesures. Uber entend s'adapter aux nouvelles offres des compagnies de taxis : sur Paris, les Taxis Bleus annoncent un prix de 10 euros pour les trajets entre minuit et cinq heures.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un utilisateur de téléphone portable lançant l\'application Uber.
Un utilisateur de téléphone portable lançant l'application Uber. (DA QING / IMAGINECHINA / AFP)