DIRECT. Grève des taxis : plusieurs syndicats annoncent la reconduction du mouvement pour jeudi

Plus d'un millier de chauffeurs sont restés mobilisés mercredi, deuxième jour du mouvement, à Paris et dans plusieurs autres grandes villes.

Des chauffeurs de taxi en colère bloquent la circulation à Paris, le 27 janvier 2016.
Des chauffeurs de taxi en colère bloquent la circulation à Paris, le 27 janvier 2016. (JACKY NAEGELEN / REUTERS)
avatar
Yann ThompsonChristophe RauzyKocila MakdecheFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

Le mouvement de grève des taxis va se poursuivre pour la troisième journée consécutive, jeudi, ont annoncé plusieurs syndicats, mercredi 27 janvier. Ils étaient plus d'un millier à protester contre la concurrence des VTC, principalement à Paris, mais aussi à Marseille, Toulouse et Lille. Mardi, Manuel Valls avait annoncé la nomination d'un médiateur. Francetv info suit les manifestations des taxis en direct.

780 taxis se sont mobilisés à Paris, selon la préfecture, contre 2 100 la veille. Ils bloquent en partie, depuis le début de la matinée, la porte Maillot, Bercy et les aéroports d'Orly et de Roissy. Des secteurs où certains chauffeurs de taxi ont passé la nuit pour reprendre le blocage mercredi dès l'aube.

Le trafic est "très calme" à Paris, selon Bison Futé. La préfecture recommande tout de même d'éviter certaines zones de l'ouest et de l'est de Paris. Les automobilistes franciliens sont invités à "contourner largement" les quartiers de la porte Maillot et de Bercy, et d'éviter de prendre leurs véhicules pour se rendre à Roissy et Orly.

 Des opérations dans d'autres grandes villes. A Lille et dans le Nord, des opérations escargots ont été menées, tout comme à Marseille et à Toulouse. Dans ces deux dernières villes, ils ont aussi mis en place des barrages filtrants au niveau des aéroports, et se sont rassemblé en centre-ville. D'autres taxis se sont regroupés à Aix-en-Provence. 

Sept taxis déférés devant la justice. Ils ont été interpellés mardi à Paris, tout comme neuf autres chauffeurs qui étaient toujours en garde à vue mercredi après-midi, selon une source judiciaire citée par l'AFP.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #TAXIS

21h05 : Le périphérique intérieur au niveau de la Porte Maillot est rouvert à la circulation, indique la préfecture de Paris sur Twitter. Ce tronçon était bloqué par les chauffeurs de taxis en colère.

20h38 : Voici les images du périphérique intérieur bloqué porte Maillot, à Paris, par des chauffeurs de taxis. A Marseille, des perturbations perdurent, nous dit Ambroise Boulleis de France 2.




(FRANCE 2)

20h25 : Des chauffeurs de taxi en colère bloquent le périphériques intérieur au niveau de la porte Maillot, à Paris (en rose sur la carte). Leur présence sur la voie provoque un bouchon de plusieurs kilomètres au sud (en rouge).


16h57 : Plusieurs syndicats de taxis annoncent la reconduction de leur mouvement de protestation pour jeudi.

14h51 : Notre journaliste Clément Parrot suit toujours la mobilisation des taxis, rassemblés porte Maillot à Paris. Ils sont toujours en colère, mais se réjouissent de la condamnation d'Uber France.

12h41 : L'Union nationale des taxis avait porté plainte contre Uber France parce la société de VTC entretenait une "ambiguïté" dans sa communication avec ses chauffeurs quant à la pratique du "maraudage", c'est-à-dire circuler sur la voie publique en attente d'un client, sans réservation préalable.

12h27 : Uber France a été condamnée aujourd'hui à verser 1,2 million d'euros à l'Union nationale des taxis au titre d'une liquidation d'astreinte.

11h55 : Selon la préfecture de police de Paris, 780 taxis sont mobilisés en région parisienne pour protester contre la concurrence des véhicules de transport avec chauffeur. Ils étaient 2 000 hier.

12h13 : "Ils ont commencé à jeter des œufs, à m'agresser physiquement, verbalement, ils ont cassé la voiture, ils m'ont démoli, moi."

Ce chauffeur de VTC affirme avoir été agressé, hier, à Lille (Nord), par des chauffeurs de taxis.

(FRANCE 3 NPDC)

11h00 : Et pendant ce temps là, porte Maillot, à Paris, notre envoyé spécial Clément Parrot fait le point sur la mobilisation des grévistes.

09h49 : Un petit détour par la porte Maillot, à Paris, où notre envoyé spécial Clément Parrot suit la mobilisation des taxis grévistes. C'est moins animé qu'hier.

08h41 : "Je ne suis pas sûre que la violence les aide dans leur combat."

Comme Manuel Valls, Barbara Pompili dénonce, sur i-Télé, les incidents survenus, hier, porte Maillot, lors de la manifestation des taxis grévistes.

08h34 : Le site Sytadin recense actuellement 200 km de bouchons en Ile-de-France, soit un niveau normal à cette heure de la journée. La circulation est notamment perturbée dans les quartiers de la Porte Maillot et de Bercy, comme hier. Aucun incident n'a eu lieu, pour l'instant, signale la préfecture de police de Paris.

08h10 : @anonyme : Vous confondez peut-être avec le service UberPop, dont le Conseil constitutionnel a confirmé l'interdiction en septembre. L'application Uber, elle, n'a jamais fait l'objet d'une telle sanction.

08h01 : Je croyais naïvement que l'application UBER avait été interdite en France, tout au moins dans certaines grandes villes dont Paris ?

07h27 : A Paris, un étudiant en journalisme signale que la police est en train d'embarquer des véhicules de taxi près de la porte Maillot.

07h24 : C'est parti pour les différentes mobilisations des taxis grévistes, notamment à Marseille et à Toulouse.

07h22 : "Si on est invité, on ira voir ce qu'on nous propose. On veut des choses concrètes et immédiates."


Sur BFMTV, Ibrahima Sylla dit craindre un "retour vers le passé" avec la nomination d'un nouveau médiateur, comme en 2014. Il dit n'avoir encore "aucun rendez-vous" avec - "j'ai oublié son nom" - Laurent Grandguillaume.

07h09 : "Je vais bloquer mon agenda pour m'y consacrer complètement."


Le médiateur du dossier taxis-VTC, soucieux de trouver un "équilibre" entre "sécurité" et "simplicité" du service, se dit "disponible" pour entamer les discussions avec les parties prenantes. Il a d'ores et déjà prévu des réunions avec Matignon et les ministres concernés.

07h11 : "Il faut que l'on passe à l'écoute, au dialogue, et confronter les points de vue."

Sur BFMTV, le médiateur nommé par Manuel Valls assure vouloir œuvrer pour une "concurrence saine" entre les taxis et les VTC. Il promet d'aborder "tous les sujets sans tabou", en s'appuyant sur la loi Thévenoud, qui est "une base solide".

06h43 : La préfecture de police de Paris conseille aux automobilistes d'éviter le secteur de la porte Maillot, à Paris, tout comme le quartier de Bercy et les aéroports de Roissy et d'Orly. Pour l'instant, comme le montre notre carte trafic, cela roule bien en Ile-de-France.


06h43 : Sur le terrain, des chauffeurs de taxis occupent toujours la porte Maillot, où certains ont passé la nuit. Notre journaliste Clément Parrot était sur place, hier. Voici son compte-rendu de cette première journée agitée.

06h43 : Âgé de 38 ans, Laurent Grandguillaume avait déjà assuré, avec succès, en 2013, une médiation dans le dossier dit des "poussins". Son travail avait débouché sur l'adoption dans la loi Pinel de mesures maintenant le statut d'autoentrepreneur.

06h43 : En fin de soirée, le gouvernement a dévoilé le nom du médiateur chargé de la concertation entre les taxis et les voitures de transport avec chauffeur. Il s'agit du député PS de la Côte d'Or Laurent Grandguillaume, considéré comme un bon connaisseur de l'entreprise et du monde économique.