Les chauffeurs VTC rejettent l'offre d'Uber et reprennent les blocages

Certains chauffeurs de VTC en grève empêchent leurs collègues non-grévistes d'accéder aux terminaux de l'aéroport d'Orly, samedi en fin d'après-midi.

Manifestation des chauffeurs de VTC sur le périphérique parisien, vendredi 16 décembre.
Manifestation des chauffeurs de VTC sur le périphérique parisien, vendredi 16 décembre. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

Les chauffeurs de VTC en colère contre les plateformes de réservation ont appelé samedi 17 décembre, après une trêve de 24 heures, à relancer les blocages en région parisienne, malgré l'accord d'Uber pour de futures négociations, tandis que le gouvernement demandait la fin du mouvement.

Plusieurs dizaines d'entre eux ont mis en place un barrage filtrant aux abords de l'aéroport d'Orly, empêchant leurs collègues non-grévistes d'accéder aux terminaux, a constaté un journaliste de l'Agence France Presse (AFP).

"Situation congestionnée"

En milieu d'après-midi, plusieurs dizaines de VTC stationnaient sur deux des trois voies, à quelques centaines de mètres de l'accès aux terminaux Sud et Ouest de l'aéroport. Vers 17 heures, des CRS leur faisaient peu à peu lever le barrage dans le calme. Une centaine de véhicules se trouvaient dans le cortège, parti plus tôt de la porte Maillot, a affirmé une source aéroportuaire, selon laquelle "la situation est complètement congestionnée" dans le sens Paris-Orly.

Estimant que la plateforme américaine Uber se "moquait" d'eux et cherchait à "gagner du temps", les chauffeurs VTC et de Capa-VTC entendent protester contre la politique tarifaire des plateformes de réservation, notamment Uber, qu'ils jugent défavorables aux chauffeurs.