Cet article date de plus d'un an.

Alsace : un adolescent soupçonné de préparer un attentat arrêté

Publié
Durée de la vidéo : 1 min
Selon une source proche de l’enquête, l’adolescent aurait commencé à confectionner du TATP.
Alsace : un adolescent soupçonné de préparer un attentat arrêté Selon une source proche de l’enquête, l’adolescent aurait commencé à confectionner du TATP. (FRANCE 2)
Article rédigé par France 2 - E.Pelletier, J.Desrousseaux, F.Grandon X.Roman, E.Kleinhoffer, France 3 Alsace, J.-M.Perroux
France Télévisions
France 2
Un adolescent de 14 ans soupçonné de préparer une action terroriste a été arrêté à Rosenau (Haut-Rhin). Des produits pouvant servir à la fabrication d'un engin explosif ont été retrouvés à son domicile, où il vit avec ses parents.

Une vingtaine de policiers antiterroristes sont encagoulés. Ils sont à la recherche d’indices dans un petit pavillon. Une opération antiterroriste a eu lieu, mardi 4 avril, à Rosenau (Haut-Rhin). La DGSI a arrêté un adolescent de 14 ans, jusqu’ici inconnu des services de police. Il aurait été repéré sur les réseaux sociaux. Selon les services antiterroristes, il serait un admirateur du groupe Etat Islamique. Bon élève au profil scientifique, passionné de jeux vidéo, explique sa famille.

"Un nouveau cycle de violence"

Selon une source proche de l’enquête, l’adolescent aurait commencé à confectionner du TATP, un explosif artisanal. Toutefois, aucun projet d’attentat n’a été matérialiser. Le mois dernier, un autre adolescent fanatique de Daesh avait été arrêté dans le Sud de la France. Alain Bauer, professeur de criminologie au CNAM, indique que "ce n’est pas une nouveauté, mais un nouveau cycle de violence". Les enquêteurs vont désormais expertiser le matériel informatique saisi. La garde à vue du jeune homme a débuté à la DGSI. Elle peut se prolonger jusqu’à 48 heures avant une présentation au parquet national antiterroriste. Selon le ministère de l’Intérieur, il s’agit du 41ème attentat déjoué ces six dernières années. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.