Cet article date de plus d'un an.

Violences après la mort de Nahel : les habitants sous le choc après les émeutes

Publié
Durée de la vidéo : 3 min
Émeutes : les habitants sous le choc
Article rédigé par France 3 - T. de Barbeyrac, France 3 Régions, @RevelateursFTV, V. Huon
France Télévisions
France 3
Vendredi 30 juin, les violences se poursuivent en France. Des Français sont terrifiés, d’autres dans l’incompréhension, certains sont même en colère.

Du jamais vu en plein après-midi à Strasbourg (Bas-Rhin). Vendredi 30 juin, quelques jeunes s’en prennent d’abord à l’opéra puis cassent les commerces avoisinants. Les policiers sont débordés. S’ensuivent des courses-poursuites dans le centre-ville. Par dizaines, des adolescents, souvent très jeunes, s’en prennent aux magasins. 27 personnes ont été interpellées. Les émeutes prennent de l’ampleur.

Une culture de la casse 

La nuit dernière, pour la première fois, des émeutiers ont attaqué le centre de la capitale. Dans le quartier des Halles, ils ont pillé un supermarché. Le pillage, on le retrouve dans une grande enseigne de prêt-à-porter non loin de là. Au matin, certains riverains sont résignés, d’autres en colère. "C’est un sport national je pense, parce qu’en fait si on gagne la Coupe du monde, il y a de la casse, si on n’est pas d’accord avec la politique, il y a de la casse, s’il y a un jeune homme qui est tué, il y a de la casse. En fait, c’est une culture maintenant", explique un homme.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.