Cet article date de plus de huit ans.

Fillon : "Les syndicats vont être les premiers cocus de la gauche"

L'ancien Premier ministre n'a pas mâché ses mots pour critiquer la politique sociale du gouvernement Ayrault, qui reçoit les partenaires sociaux mardi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'ancien Premier ministre François Fillon, le 22 mai 2012 à Paris. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

François Fillon a-t-il perdu de sa réserve habituelle ? L'ancien Premier ministre a lancé, mardi 29 mai, que les syndicats allaient être "les premiers cocus de la gauche", notamment sur la question de la retraite à 60 ans. Ces déclarations interviennent alors que l'actuel locataire de Matignon, Jean-Marc Ayrault, reçoit les partenaires sociaux mardi

"Pendant tout le débat parlementaire, la gauche nous a expliqué que si elle revenait au pouvoir, elle abrogerait la réforme [des retraites] qui a été votée. Je vois qu'aujourd'hui, il n'est plus question de l'abroger, mais simplement de l'aménager", a-t-il ajouté à la presse en marge d'une visite de soutien à Rosny-sous-Bois au député UMP sortant, Patrice Calméjane, membre de la Droite populaire, candidat à sa réélection dans la 8e circonscription de Seine-Saint-Denis.

François Hollande, pendant sa campagne, ne s'était toutefois jamais engagé à abroger la réforme des retraites de 2010, mais à permettre un départ à 60 ans des salariés ayant commencé à travailler très tôt.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.