Évacuation de migrants à Paris : les violences policières au cœur de l'enquête

Lundi 23 novembre, l'évacuation musclée de migrants venus s'installer place de la République a suscité de vives réactions. La police des polices s'est penchée sur les agissements de certains policiers.

C'est une évacuation qui n'en finit plus de faire polémique. Quels types de forces de l'ordre étaient présents place de la République, lundi 23 novembre, pour disperser un rassemblement de migrants ? Il y avait des gendarmes mobiles mais aussi, apparemment, des policiers habillés en civil. "Trois d'entre eux ont débarqué et ont commencé à donner des coups de matraque", accuse Éric Coquerel, député La France insoumise de Seine-Saint-Denis. "Ensuite, la situation a dégénéré."

Un dispositif connu du préfet de police

Le dispositif de l'intervention avait pourtant été validé par la préfecture. Le préfet de police, Didier Lallement, savait quels effectifs de police étaient sur place ce soir-là. Jeudi 26 novembre, l'IGPN (Inspection générale de la police nationale), qui a étudié les agissements de certains policiers sur place, rendra les conclusions de son enquête.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un manifestant tenant une pancarte sur laquelle il est écrit \"La nuit de la honte\" sur la place de la République le 24 novembre pour dénoncer l\'évacuation violente d\'un camp de migrants lundi.
Un manifestant tenant une pancarte sur laquelle il est écrit "La nuit de la honte" sur la place de la République le 24 novembre pour dénoncer l'évacuation violente d'un camp de migrants lundi. (SAMUEL BOIVIN / NURPHOTO / AFP)