Et si on se faisait vacciner de façon personnalisée ?

Une expérience menée dans un hôpital parisien montre que nous ne réagissons pas tous de la même manière aux vaccins. Le point avec France 3.

France 3

Il y a un an, l'hôpital privé nord parisien de Sarcelles (Val-d'Oise) a débuté une expérimentation auprès de 144 salariés volontaires. Leurs taux d'anticorps ont été passés à la loupe pour vérifier leur niveau d'immunité face aux maladies comme le tétanos ou l'hépatite A ou B, qui nécessitent des rappels de vaccins.

Résultats : 93% sont toujours immunisés contre le tétanos, 78% contre l'hépatite B et 63% contre l'hépatite A. Certains cobayes ont pourtant dépassé leur date de rappel.

"On n'est pas tous égaux"

Le docteur Dominique Eraud ne remet pas en question la vaccination, mais elle plaide pour un suivi personnalisé. "On a une personnalité immunitaire, on n'est pas tous égaux. On peut réagir chacun différemment à une vaccination. Donc, il est intéressant de s'occuper d'une vaccination personnalisée", confie-t-elle à France 3.

Même si instaurer une vaccination personnalisée est possible, certains médecins craignent des problèmes de logistique. Mais cette étude lance le débat.

Le JT
Les autres sujets du JT
En France, on estime que 98,5% de la population est actuellement vaccinée contre la diphtérie, la poliomyélite et le tétanos.
En France, on estime que 98,5% de la population est actuellement vaccinée contre la diphtérie, la poliomyélite et le tétanos. (FRED TANNEAU / AFP)