Des dizaines de sites internet du ministère de la Santé bloqués après un piratage

Le problème devrait être réglé dans les "24 ou 48 heures". "Aucune information n'a été pillée" au cours de l'intrusion informatique, qui s'est produite dans la nuit du 1er au 2 janvier.

Le logo sur les sites des Agences régionales de santé.
Le logo sur les sites des Agences régionales de santé. (AGENCE RÉGIONALE DE SANTÉ / FRANCETV INFO)

Ils ont été piratés. Plusieurs dizaines de sites internet liés au ministère des Affaires sociales et de la Santé sont encore indisponibles mercredi 8 janvier, près de sept jours après "un acte de malveillance". Toutefois, la direction des systèmes d'information (DSI) du secrétariat général des ministères chargés des Affaires sociales, citée par Le Quotidien du médecin, affirme que le problème devrait être réglé dans les "24 ou 48 heures". Il précise qu'"aucune information n'a été pillée" au cours de l'intrusion informatique. Le ministère, lui, n'a pas réagi.

La DSI avait interrompu l'accès aux sites dès la détection de l'intrusion qui a eu lieu dans la nuit du 1er au 2 janvier sur le serveur des Agences régionales de santé (ARS). "Suite à un acte de malveillance, le site 'ars.sante.fr' et votre site régional sont momentanément indisponibles", peut-on encore lire mercredi sur les sites de ces ARS d'Ile-de-France, Bretagne, Bourgogne, Limousin, Normandie, Nord/Pas-de-Calais, entre autres.

Le logo sur les sites des Agences régionales de santé.
Le logo sur les sites des Agences régionales de santé. (AGENCE RÉGIONALE DE SANTÉ / FRANCETV INFO)

L'attaque informatique avait été signalée le 2 janvier par zataz.com, site spécialisé dans la sécurité informatique. Selon ce site, un jeune pirate informatique algérien en est à l'origine, visant "plus d'une quarantaine de sous-domaines du ministère". "Aucune revendication directe" n'a été adressée au ministère, indique le Quotidien du Médecin. La DSI de son côté a consigné les disques durs en vue d'un dépôt de plainte auprès de la Direction centrale du renseignement intérieur, ajoute le journal.