De la maternelle au lycée, le menu de cette rentrée

A quoi va ressembler la rentrée de vos enfants ? FTVi dresse la liste des changements dans les classes, des tout-petits à la terminale.

C\'est la rentrée des classes pour plus de 12 millions d\'élèves, le 4 septembre 2012.
C'est la rentrée des classes pour plus de 12 millions d'élèves, le 4 septembre 2012. (DENIS CHARLET / AFP)

EDUCATION - Cartable : OK. Trousse : OK. Stylos : OK. C'est parti. Plus de 12 millions d'élèves, de la maternelle au lycée, font leur retour en classe mardi 4 septembre. Comme les enseignants la veille, ils vont faire face à quelques petites ou grandes nouveautés, telles que l'allongement des vacances de la Toussaint ou la réforme du lycée en terminale. FTVi détaille ce qui attend vos enfants. 

Les maternelles : accueil difficile pour les tout-petits

De moins en moins d'enfants font leur première rentrée dès 2 ans. Alors qu'ils étaient 34,5% en 2000, ils n'étaient plus que 12,6% à la rentrée 2010 en moyenne nationale. Le président de la République, François Hollande, a d'ailleurs promis de prendre des mesures pour favoriser l'accueil des tout-petits à l'école. Lequel risque d'être encore difficile cette année avant 3 ans.

En primaire : lutter contre l'échec scolaire

C'est le grand jour pour 6,7 millions d'écoliers. Une attention particulière a été portée à cette tranche de la scolarité de l'enfant, priorité du gouvernement dans la lutte contre l'échec scolaire. Et pour cause : environ 40% des petits Français ne savent pas bien lire ni compter en entrant en sixième, et la France a le taux d'encadrement dans les écoles le plus faible des 34 pays de l'OCDE, avec cinq enseignants pour 100 élèves.

Le gouvernement sortant avait programmé 14 000 suppressions de postes à cette rentrée. Le gouvernement Ayrault a réinjecté 1 000 postes d'enseignants en primaire dans le public, essentiellement dans les zones difficiles et rurales, ainsi que 70 postes dans le privé sous contrat.

Enfin, les professeurs débutants ne devront pas être affectés dans une classe de CP, qui doit être confiée à des enseignants expérimentés, a demandé le ministre de l'Education, Vincent Peillon.

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, assistera à la rentrée dans une école primaire d'Aubevoye (Eure), aux côtés de Vincent Peillon et de George Pau-Langevin, ministre déléguée à la Réussite éducative.

La transition entre l'école primaire et le collège 

Le président a plaidé lundi pour un "renforcement [des] liens entre l'école primaire et le collège avec une continuité harmonieuse dans la formation", lors d'un déplacement au collège Youri-Gagarine de Trappes (Yvelines).

Dès lors que dans le primaire "les conditions de la réussite auront été posées", c'est "tout le reste du cursus scolaire qui sera transformé", a-t-il fait valoir. La "refondation de l'école" est un "investissement", a estimé François Hollande, pour qui un des enjeux est de "former la jeunesse aux emplois de demain, ces emplois que demandent les entreprises".

France 2

Le secondaire : plus de conseillers principaux d'éducation

Avec 3,3 millions de collégiens et 2,1 millions de lycéens, public et privé confondus, le secondaire n'est pas en reste. Soixante-quinze conseillers principaux d'éducation (CPE) et 280 professeurs (dont les postes étaient budgétés mais non pourvus) ont été recrutés. 

Parmi les nouveautés figure l'entrée en vigueur de la réforme du lycée en terminale (après la seconde et la première les années précédentes), avec de nouvelles disciplines et des changements dans les épreuves du bac. La réforme prévoyait de supprimer l'histoire-géo en terminale S, mais le nouveau gouvernement a décidé de rétablir cette discipline, facultative cette année, obligatoire l'an prochain.

L'accueil des élèves handicapés sera renforcé 

Pour permettre un meilleur accueil des élèves handicapés tout au long de la scolarité, 1 500 postes d'auxiliaires de vie scolaire individuels (AVSi) supplémentaires ont été prévus.

De nouvelles mesures pourraient être annoncées dans les mois qui viennent : Vincent Peillon a lancé en juillet une large concertation. La formation des enseignants, la réforme des rythmes scolaires, la création de 60 000 postes sur le quinquennat, l'évaluation des enseignants sont notamment au menu. Un rapport sera rendu avant la mi-octobre. Il servira de base à la préparation d'un projet de loi d'orientation et de programmation qui sera déposé fin novembre.