Cet article date de plus de huit ans.

Dans les fiefs des ministres, Sarkozy est loin de triompher

Si le président candidat obtient de bons scores au premier tour sur les terres de Fillon et de Baroin, il se fait distancer chez d'autres ministres-vedettes. Parfois sévèrement.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le gouvernement de François Fillon avant le conseil des ministres du 4 janvier 2012, à Paris. (FRED DUFOUR / AFP)

"Tout commence ! (...) Dès demain, on reprend la route !" Dimanche 22 avril au soir, devant ses partisans réunis à Paris, Nicolas Sarkozy affichait sa détermination et appelait à continuer la campagne de terrain en vue du deuxième tour de la présidentielle. Son message s'adressait aux militants, mais les ténors du gouvernement peuvent également se sentir concernés : dans leurs fiefs électoraux, le président candidat n'obtient pas forcément des résultats flamboyants.

A partir de notre carte interactive, FTVi piste les scores chez les ministres-vedettes.

Fillon montre l'exemple, Baroin et Pécresse bons élèves

Parmi les ministres chez qui Nicolas Sarkozy réalise un bon score, François Fillon montre la voie. A Sablé-sur-Sarthe (Sarthe), ville dont le Premier ministre a été maire et dont il préside la communauté de communes, le candidat UMP rassemble plus de 33% des voix, soit 6 points de plus que son score national. La droite fait également une belle performance dans les Yvelines, département dont la porte-parole du gouvernement, Valérie Pécresse, a été députée pendant cinq ans. Le président sortant y récolte plus de 34% des suffrages, presque 7 points devant le candidat PS.

Nicolas Sarkozy est également en tête sur les terres du ministre de l'Economie, François Baroin. A Troyes (Aube), où il est maire, l'UMP frôle les 29%, dépassant d'une courte tête François Hollande. Enfin, à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), où le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, est candidat aux prochaines législatives, la droite fait un carton : avec 48,44% des voix, Nicolas Sarkozy distance François Hollande de près de 25%.

Chez NKM et Juppé, on préfère Hollande

En revanche, le président candidat doit encore faire ses preuves chez beaucoup de ténors du gouvernement, à commencer par Nathalie Kosciusko-Morizet. A Longjumeau (Essonne), où la porte-parole du candidat est maire, François Hollande dépasse largement sa moyenne nationale, avec 32,51 % des voix. De quoi donner une bonne raison au candidat UMP de s'y rendre mardi 24 avril, comme l'indique Le Figaro.

Situation analogue à Saint-Quentin, dans l'Aisne, fief du ministre du Travail, Xavier Bertrand. Nicolas Sarkozy y est distancé de près de 5 points par son rival socialiste, qui dépasse les 30 % des voix. Chez le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, la droite n'est pas non plus à la fête, puisque François Hollande rassemble à Bordeaux 1 électeur sur 3 au premier tour.

Dans la catégorie des "mauvais élèves" du gouvernement, on trouve également le ministre de l'Education nationale, Luc Chatel, à Chaumont (Haute-Marne), la ministre chargée de l'Apprentissage Nadine Morano, à Nancy (Meurthe-et-Moselle), et Laurent Wauquiez, ministre de l'Enseignement supérieur, au Puy-en-Velay (Haute-Loire).

La ville de Besson choisit Le Pen

Enfin, à Donzère (Drôme), ville dont Eric Besson est le maire, Marine Le Pen est largement en tête, avec plus de 30 % des voix. Sept points devant Nicolas Sarkozy qui n'arrive qu'en troisième position.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.