Dans l'Allier, les pompes funèbres rendent un mauvais corps à une famille

Le fils de la défunte a déposé plainte auprès de la gendarmerie de Saint-Pourçain-sur-Sioule contre l'hôpital privé et les Pompes funèbres générales.

Les pompes funèbres de Saint-Pourçain-sur-Sioule (Allier) ont rendu à une famille un corps qui n\'était pas celui de son défunt. (Photo d\'illustration)
Les pompes funèbres de Saint-Pourçain-sur-Sioule (Allier) ont rendu à une famille un corps qui n'était pas celui de son défunt. (Photo d'illustration) (MAXPPP)

"En montant le regard jusqu'au visage, j'ai vu que ce n'était pas ma mère !" Un habitant de Saint-Pourçain-sur-Sioule (Allier) a vécu une expérience particulièrement choquante après la mort de sa mère en janvier, rapporte La Montagne, samedi 13 avril. A l'arrivée des pompes funèbres au domicile de sa mère, l'Auvergnat a découvert qu'une autre personne se trouvait dans la housse censée contenir le corps de sa mère.

Au moment d'ouvrir la housse, l'homme raconte ne pas s'être rendu compte de la situation, mais c'est en observant les vêtements qu'il réalise l'erreur. "Vous ne lui avez pas mis les affaires que j'avais préparées ?", demande-t-il aux transporteurs de la société TSM (Transports sanitaires Montluçon), sous-traitants des Pompes funèbres générales (PFG). La personne porte en effet une robe rouge, au lieu d'un pantalon repassé le matin même.

L'avis de décès présenté par les transporteurs porte pourtant bien le nom de sa mère, Odette Brun. "Je me pose 25 000 questions : qui est cette personne, où est ma mère ?", décrit-il à La Montagne. "Imaginez qu'on l'ait fait partir au crématorium à la place d'un autre", poursuit-il. Contacté, l'hôpital privé où est morte Odette Brun explique : "Les défunts sont doublement identifiés. Avec un bracelet et avec une étiquette sur le tiroir dans la chambre funéraire, explique le directeur. Quand l'ambulancier arrive, on lui donne la clef, il identifie la personne et repart avec. Ce jour-là, il a ouvert le tiroir d'à-côté et n'a pas identifié convenablement la personne à prendre en charge." Sollicitées par La Montagne, les PFG n'ont pas répondu. L'Auvergnat a déposé plainte auprès de la gendarmerie de Saint-Pourçain-sur-Sioule, contre l'hôpital privé et les Pompes funèbres générales.