Crise du porc : la cotation a repris au marché au cadran de Plérin

En l'absence des deux principaux acteurs, le cours a légèrement fléchi et une partie importante des cochons mis en vente n'a pas trouvée preneur.

FRANCE 3
Lors de la reprise des cotations, ce mardi 18 août à Plérin (Côtes-d'Armor), 50 000 porcs étaient en vente. Ils se sont accumulés depuis une semaine. En l'absence de la Cooperl et de Bigard, deux acheteurs d'importance, le prix baisse rapidement à 1,39 euro le kilo, soit en dessous du seuil de 1,40 euro. 
 
Au final, 16 000 cochons n'ont pas trouvé preneur. "Ça nous pose réellement un problème, c'est une prise d'otage organisée, sciemment calculée. Nous ne pouvons pas l'accepter. Ces cochons seront affectés comme le règlement nous l'impose et nous verrons bien les réponses", s'agace Daniel Picart, président du Marché du Porc Breton. 

Des relations tendues

Le règlement du marché prévoit que les acheteurs, y compris les absents, se repartissent les invendus. Mais la Cooperl, reçue aujourd'hui au ministère de l'Agriculture, n'a pas l'intention de retourner au cadran sans réforme du marché. 
Les relations restent donc très tendues entre les deux entreprises d'abattage et les éleveurs de porc. 
 
Le JT
Les autres sujets du JT
Les porcs d\'un élevage de Plonéour-Lanvern (Finistère), le 11 avril 2015.
Les porcs d'un élevage de Plonéour-Lanvern (Finistère), le 11 avril 2015. (FRED TANNEAU / AFP)