Cet article date de plus de deux ans.

RECTIFICATIF. Yvan Colonna se trouve dans un coma post-anoxique après son agression par un codétenu

Incarcéré à Arles depuis plusieurs années, le détenu corse a été violemment attaqué mercredi. Une enquête a été ouverte par le procureur de la République de Tarascon pour "tentative d'assassinat".

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Yvan Colonna après son arrestation en Corse, près d'Olmeto (Corse-du-Sud), le 4 juillet 2003.  (AFP)

RECTIFICATIF. Contrairement à ce que franceinfo a annoncé dans une précédente version de cet article, Yvan Colonna n'est pas mort. Il se trouve dans un état grave, dans un coma post-anoxique. Ces premières informations étaient fondées sur plusieurs sources concordantes, mais elles ont été contredites par d'autres sources, notamment par le procureur de Tarascon, en fin de journée. Franceinfo présente ses excuses à ses lecteurs pour cette erreur.


Yvan Colonna, définitivement condamné en 2011 pour l'assassinat du préfet Erignac, est entre la vie et la mort, a-t-on appris mercredi 2 mars de sources concordantes. Il a été victime "d'une strangulation à main nues, puis d'un étouffement" de la part d'un codétenu à la prison d'Arles (Bouches-du-Rhône), a annoncé le procureur de Tarascon. Retrouvé grièvement blessé, il a été hospitalisé en urgence absolue à Arles, avant d'être transféré vers un hôpital de Marseille. Selon l'un de ses avocats et le procureur, Yvan Colonna se trouve dans un coma post-anoxique, un type de coma consécutif à une privation d'oxygène dans le cerveau.

Selon nos informations, son agresseur est âgé de 36 ans. Ce dernier purge depuis 2019 à la prison d'Arles une peine de neuf ans pour "association de malfaiteurs en vue de la préparation d'un acte de terrorisme", ajoute le procureur. Il s'en est pris à Yvan Colonna au cours d'une activité sportive.

Le suspect a été placé en garde à vue par la brigade criminelle de la direction zonale de la police judiciaire Sud. Une enquête pour "tentative d'assassinat" a été ouverte par le procureur de la République de Tarascon. L'inspection générale de la justice va également être saisie, à la demande du Premier ministre, annonce le ministère de la Justice dans son communiqué.

Agé de 61 ans, Yvan Colonna a été condamné à la prison à perpétuité pour l'assassinat du préfet de Corse Claude Erignac – des faits qu'il a toujours contestés. Incarcéré depuis plusieurs années à la maison centrale d'Arles, il a formulé plusieurs demandes pour être transféré en Corse, toutes refusées.

Une longue cavale avant sa condamnation

Le soir du 6 février 1998, le préfet de Corse, Claude Erignac, avait été tué de plusieurs balles dans le dos dans une rue d'Ajaccio, alors qu'il se rendait à pied au théâtre. Cet assassinat, revendiqué par un groupe anonyme, a provoqué une onde de choc dans l'opinion.

En mai 1999, quatre hommes avaient été arrêtés. Passant aux aveux, ils avaient accusé Yvan Colonna. Le berger, devenu l'homme le plus recherché de France, a alors passé plusieurs années en cavale dans le maquis corse, avant d'être finalement arrêté en juillet 2003.

Huit ans plus tard et après trois procès, Yvan Colonna a été condamné en juin 2011 à la réclusion criminelle à perpétuité. La cour a notamment motivé sa décision par les affirmations des autres membres du commando et de leurs épouses. Lors d'un premier procès en 2003, certains accusés l'avaient mis hors de cause. Un pourvoi en cassation a été rejeté en 2012, et la Cour européenne des Droits de l'Homme (CEDH) a jugé irrecevable une plainte d'Yvan Colonna pour violation de sa présomption d'innocence en 2016, validant définitivement sa peine.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.