Soutien d'élus corses LREM à une motion nationaliste : Jean-Charles Orsucci ne regrette "pas du tout"

Le maire de Bonifacio Jean-Charles Orsucci est revenu, mardi pour franceinfo, sur la motion portée par les nationalistes à l'Assemblée de Corse. Elle porte des doléances destinées à Emmanuel Macron et a été signée par des élus La République en marche.

Le maire LREM de Bonifacio Jean-Charles Orsucci, le 22 mai 2017.
Le maire LREM de Bonifacio Jean-Charles Orsucci, le 22 mai 2017. (PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP)

Jean-Charles Orsucci, maire La République en marche (LREM) de Bonifacio, a signé la semaine dernière une motion portée par les nationalistes à l'Assemblée de Corse comportant des doléances destinées à Emmanuel Macron. Christophe Castaner, le patron de LREM, a désavoué cette initiative. Le maire de Bonifaccio, invité mardi 6 février sur franceinfo, ne regrette "pas du tout" d'avoir signé cette motion, car "elle est, en tout point, conforme à l'esprit de ce qu'a été la campagne présidentielle du candidat Macron".

Je mets quiconque au défi de démontrer que dans cette résolution, il y a une remise en cause de ce qui a été jusqu'alors les positions du chef de l'ÉtatJean-Charles Orsucci
maire LREM de Bonifacio
à franceinfo

"Quand Christophe Castaner s'est exprimé, peut-être n'avait-il pas la totalité de la résolution en sa possession, a lancé Jean-Charles Orsucci. La résolution a été votée vendredi soir à l'initiative de la majorité territoriale. Il n'empêche qu'à travers les six amendements que nous avons déposés, ce texte est plus le texte de La République en marche, inspiré du discours de Furiani [prononcé par le candidat Emmanuel Macron le 7 avril 2017], que celui des nationalistes."

Emmanuel Macron entame, mardi, une visite délicate de 48 heures en Corse. Elle débutera par un hommage au préfet Claude Erignac, 20 après sa mort. Jean-Charles Orsucci attend beaucoup du président de la République sur le dossier Corse : "On attend d'Emmanuel Macron qu'il s'inscrive dans le discours du candidat Macron du mois d'avril dernier. Le discours de Furiani permet à la Corse de tourner la page de quasiment 40 ans de conflit." Pour le maire de Bonifacio, "les gouvernements, de droite comme de gauche, ont échoué jusqu'à aujourd'hui. Emmanuel Macron, de par ses qualités, devrait pouvoir mettre le curseur à sa juste place pour à la fois garantir l'indivisibilité de notre pays et à la fois permettre à la Corse de faire valoir sa diversité, sa différence", a-t-il assuré.