Cet article date de plus de trois ans.

Propos injurieux contre la veuve du préfet Erignac : Charles Pieri sera jugé en septembre

L'ex-chef du FLNC a été brièvement placé en garde à vue mercredi matin. Il est visé par une enquête après la publication sur Facebook d'un message visant la veuve du préfet de Corse assassiné en 1998.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Charles Pieri lors d'une manifestation à Ajaccio le 3 février 2018. (PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP)

Le militant nationaliste corse Charles Pieri sera jugé le 4 septembre pour "injure publique en raison du sexe et de l'origine" dans le cadre de l'enquête sur les propos injurieux à l'encontre de la veuve du préfet Erignac, publiés sur Facebook. Il risque un an de prison et 45 000 euros d'amende. Mercredi 25 avril au matin, il avait été brièvement placé en garde à vue rapporte France Bleu RCFM. Charles Pieri a "continué de refuser de s'expliquer", indique la procureure de la République dans un communiqué.

L'ex-chef du FLNC était entendu à Borgo (Haute-Corse), où une trentaine de militants nationalistes se sont rassemblés pour lui exprimer son soutien.

Une comparaison avec les femmes qui ont collaboré avec les Allemands

Charles Pieri avait été placé une première fois en garde à vue le 13 février dernier dans cette affaire. Une enquête pour "injures publiques en raison du sexe et de l'origine nationale" a été ouverte par le parquet d'Ajaccio. Dans ce message publié le 7 février sur la page Facebook "Di l'altu pianu", attribué à Charles Pieri, l'auteur compare Dominique Erignac aux femmes françaises ayant collaboré avec les Allemands lors de la Seconde Guerre mondiale.

Cette publication avait été postée quelques heures après la cérémonie d'hommage au préfet Claude Erignac assassiné il y a 20 ans.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Corse

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.