Cet article date de plus de quatre ans.

Le tribunal administratif de Bastia valide l'arrêté "anti-burkini" de la commune de Sisco

Le maire, Ange-Pierre Vivoni, avait pris un arrêté avec le conseil municipal, à la suite d'une violente rixe survenue la veille, sur une plage de sa commune.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La crique de Scalu Vechju, près du village de Sisco (Haute-Corse) où une rixe a éclaté le 13 août 2016. (MAXPPP)

Le tribunal administratif de Bastia valide, mardi 6 septembre, l'arrêté pris par le maire de Sisco, interdisant toute tenue religieuse ostentatoire sur les plages de cette commune de Haute-Corse. Dimanche 14 août, le maire Ange-Pierre Vivoni avait pris cet arrêté avec le conseil municipal, à la suite d'une violente rixe survenue la veille, sur une plage de sa commune. 

Le juge, se référant à la récente décision du Conseil d'Etat suspendant un arrêté comparable, estime qu'"en l'espèce, compte tenu des récents événements (...) la présence (...) d'une femme portant un costume de bain de la nature de ceux visés par l'arrêté (...) serait (...) de nature à générer des risques avérés d'atteinte à l'ordre public qu'il appartient au maire de prévenir". La Ligue des droits de l'Homme a immédiatement annoncé qu'elle allait déposer un recours, selon France Inter.

Quelques jours après l'altercation, le procureur de la République avait tenu à exclure une quelconque radicalisation et avait précisé que la rixe n'avait pas été déclenchée par une photo d'une musulmane se baignant en burkini. Toutefois, 26 maires avaient pris des arrêtés "anti-burkini" à la suite de ce fait-divers, déclenchant une polémique nationale.

Un avis différent de celui du Conseil d'Etat

Le 27 août, le Conseil d'Etat a mis un coup d'arrêt aux interdictions des tenues "ne respectant pas la laïcité" sur les plages publiques prises par une trentaine de communes du littoral, en appelant au "respect des libertés garanties par les lois".

De nombreux maires - notamment ceux de Nice, Menton, Fréjus, Mandelieu-la-Napoule, ou encore de Sisco, de Leucate (Aude) ou du Touquet (Pas-de-Calais) - avait fait savoir que leurs arrêtés demeuraient en vigueur.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.