Jean-Guy Talamoni : " la Corse n'est pas une circonscription électorale, c'est une nation"

En Corse, la coalition nationaliste l'emporte au second tour des élections territoriales. Les autonomistes et les indépendentistes appellent le gouvernement à négocier. Pour mieux comprendre les enjeux d'une telle élection sur l'île, Jean-Guy Talamoni, président de l'Assemblée de Corse est l'invité du 22h-minuit, en duplex de Bastia. 

Voir la vidéo
FRANCEINFO
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Jean-Guy Talamoni et Gilles Simeoni,  chefs de file de la coalition nationaliste, ont remporté les élections territoriales de Corse avec 56,5% des suffrages. Ce scrutin doit permettre de désigner 63 élus de la nouvelle collectivité territoriale unique de Corse, qui remplace désormais les deux conseils départementaux et l’actuelle collectivité de Corse. 

"Cette victoire est un moment important dans l'histoire contemporaine de la Corse. Les Corses ont choisi une liste nationaliste. Et si les mots ont un sens, cela veut dire que les Corses pensent que l'île n'est pas une circonscription administrative, mais bien une nation", souligne Jean-Guy Talamoni, président de l'Assemblée de Corse et leader indépendantiste. 

Quel poids ont ces élections territoriales? Quels sont les projets de la coalition nationaliste ? Regardez l'interview de Jean-Guy Talamoni, président de l'Assemblée de Corse et leader indépendantiste, en duplex de Bastia dans le 22h-minuit. 

Jean-Guy Talamoni
Jean-Guy Talamoni (FRANCEINFO)