Cet article date de plus d'un an.

Corse : un regain de la violence depuis la mort d’Yvan Colonna ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min
Corse : vers un regain de la violence depuis la mort d’Yvan Colonna ?
Article rédigé par France 3 - M. Boisseau, F. Antomarchi, L. Luciani, P. De la Foata, France 3 Corse
France Télévisions
France 3
Un an après la mort d’Yvan Colonna, les plasticages et les incendies volontaires se multiplient en Corse. Le FLNC a revendiqué 17 attentats dans la semaine.

La mairie d’Appietto (Corse-du-Sud) incendiée, des charges explosives posées dans la maison d’un militaire sur la côte Est, ou dans une résidence secondaire à l’ouest de l’île. En une semaine, au moins huit attentats ont été recensés en Corse. Une recrudescence est constatée depuis plusieurs mois. Samedi 25 mars, la villa en travaux d’un dirigeant d’une entreprise de construction a été brûlée volontairement près d’Ajaccio (Corse-du-Sud). Le propriétaire devait emménager dans 15 jours. 

Regain de violence depuis la mort d’Yvan Colonna 

Les malfaiteurs ont laissé leur signature : GCC, pour jeunesse clandestine corse, ainsi que le message "La terre aux Corses, les spéculateurs dehors". "On n'est pas des spéculateurs. On fait des maisons pour des gens d’ici", se défend Alfonso Ramirez. Le GCC, un nouveau groupe indépendantiste auteur de nombreux attentats, revendique une filiation avec le FLNC, le mouvement historique. Il conteste toutefois sa décision d’avoir déposé les armes depuis 2014.

Le regain de violence s’observe en particulier depuis la mort d’Yvan Colonna, il y a un an. Condamné à la perpétuité pour l’assassinat du préfet Erignac, le militant nationaliste a été tué en prison par un détenu radicalisé. Dans ce contexte de tension, le FLNC a décidé de mener à nouveau des attentats. 17 ont été revendiqués dans un communiqué paru dans la semaine. Plusieurs élus se sont réunis dans le week-end pour dénoncer les violences.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.