Corse : un homme d'affaires condamné à 1 million d'euros d'amende pour avoir fait construire deux villas dans un espace remarquable protégé

La cour d'appel de Bastia a condamné l'homme d'affaires Pierre Ferracci à une amende d'un million d'euros pour avoir fait construire deux villas dans un espace inconstructible et remarquable protégé de Corse. La condamnation n'impose pas en revanche la déconstruction des propriétés

La baie de Rondinara à à Bonifacio.
La baie de Rondinara à à Bonifacio. (MAXPPP)

La cour d'appel de Bastia a infligé mercredi 5 juillet une amende d'un million d'euros à la SCI de l'homme d'affaires Pierre Ferracci, reconnu coupable d'avoir fait construire deux villas non autorisées dans un espace inconstructible et remarquable protégé de Corse, rapporte France Bleu RCFM. La condamnation n'impose pas en revanche la déconstruction des propriétés, construites en 2010 et 2013 en plein maquis, dans la baie de Rondinara, à Bonifacio.

Les deux associations ont exprimé leur mécontentement

Les deux associations à l'origine du recours ont exprimé leur mécontentement, estimant anormal que les villas édifiées en toute illégalité sur un site remarquable protégé ne soient pas détruites. "On se rend compte qu'une famille puissante peut se permettre de construire dans un lieu privilégié, vierge, sans permis. Ce jugement ouvre la porte à une "bétonisation" illimitée. Ce n'est pas une amende qui pourra compenser cette profanation d'un lieu commun inaliénable", a estimé sur France Bleu RCFM Pierre-Laurent Santelli, membre du U Levante, l'une des associations.

"Aucune amende ne peut compenser la flétrissure et seule la démolition et la remise en état pouvaient effacer la souillure", ajoute l'association U Levante sur son site internet, rappelant au passage que l'ancien préfet de Corse du Sud avait lui aussi appelé, en 2013, à une "condamnation exemplaire et rapide avec mesure de restitution et remise en état des lieux dans leur état d'origine."

Les deux villas ont été construites dans un espace inconstructible

Les deux villas de 670 mètres carrés ont en effet été construites à proximité du rivage, dans un espace remarquable protégé et inconstructible. En première instance, le tribunal correctionnel avait lui aussi condamné la SCI de M. Ferracci à une amende d'un million d'amende, sans exiger la démolition des propriétés, pourtant réclamée par le procureur de la République.

Fils d'Albert Ferracci, figure de la Résistance et responsable du parti communiste, Pierre Ferraci est un personnage influent sur l'Ile de Beauté. Il préside la société de conseil Alpha et également le Paris Football Club. Il est réputé proche du nouveau président de la République Emmanuel Macron, tout comme son fils Marc Ferracci, qui a conseillé le candidat de "En Marche !" en matière économique. L'association U Levante envisage de se pourvoir en cassation.