Corse : la tension monte d'un cran

La tension est montée d'un cran ce week-end en Corse ; les élus nationalistes ont même évoqué un retour à la violence. Guillaume Daret fait le point en direct d'Ajaccio (Corse-du-Sud).

Cette vidéo n'est plus disponible

Les élus nationalistes corses ont évoqué un retour à la violence, car la tension est montée d'un cran ce week-end. Pour le journaliste Guillaume Daret, "c'est ce qu'ils redoutent, même s'ils ne le souhaitent pas, explique-t-il en direct d'Ajaccio (Corse-du-Sud). Cependant, en parler, c'est évidemment une façon de faire pression sur Emmanuel Macron, alors qu'ils estiment que pour l'instant, on leur a tout simplement claqué la porte au nez sur l'ensemble de leurs revendications". 

Un chemin "extrêmement étroit"

Des revendications qui concernaient la langue corse, ou encore le statut de résident. La visite du chef de l'État est extrêmement attendue. Emmanuel Macron rencontrera demain soir notamment Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni. Il prononcera également mercredi après-midi un  grand discours sur l'avenir de l'île. "Entre hommage au préfet Érignac, défense d'une République une et indivisible, et en même temps, prise en compte d'un certain nombre de spécificités corses, le chemin s'annonce extrêmement étroit pour le président de la République", analyse Guillaume Daret.   

Le JT
Les autres sujets du JT
Les lycéens manifestent dans le calme devant la préfecture d\'Ajaccio, en Corse-du-Sud, lundi 5 février 2018.
Les lycéens manifestent dans le calme devant la préfecture d'Ajaccio, en Corse-du-Sud, lundi 5 février 2018. (FARIDA NOUAR / RADIO FRANCE)