Assassinat du préfet Erignac : la justice accorde un régime de semi-liberté à Pierre Alessandri, le parquet antiterroriste fait appel

Cet homme faisait partie des complices d'Yvan Colonna. Il avait été condamné en 2003 à la perpétuité pour ce crime.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un tag représentant Yvan Colonna (à gauche), Alain Ferrandi (au centre) et Pierre Alessandri (à droite), le 14 mars 2022 à Bastia (Corse). (PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP)

C'était la troisième fois qu'il en faisait la demande. La justice a accordé, jeudi 12 mai, un régime de semi-liberté à Pierre Alessandri, l'un des complices d'Yvan Colonna dans l'assassinat du préfet Claude Erignac en février 1998. Il avait été condamné en 2003 à la perpétuité pour ce crime. Le parquet national antiterroriste a peu après annoncé son intention de faire appel.

Cette décision lui permettra de travailler à l'extérieur de la prison de Borgo (Haute-Corse) dans la journée. Elle était attendue en Corse, après la mort le 22 mars d'Yvan Colonna des suites de son agression par un autre détenu au sein de la maison centrale d'Arles (Bouches-du-Rhône).

La décision concernant une demande similaire d'aménagement de peine avec régime de semi-liberté présentée par Alain Ferrandi, l'autre membre encore incarcéré du commando, sera rendue le 19 mai. Incarcérés depuis mai 1999, les deux hommes sont libérables depuis mai 2017. Ils ont été transférés à la prison de Borgo, en Haute-Corse, le 10 avril, après les nombreuses manifestations sur l'île qui ont fait suite à la mort en prison, à Arles, d'Yvan Colonna. Pierre Alessandri et Alain Ferrandi, qui étaient incarcérés à Poissy, demandaient depuis plusieurs années leur transfert sur l'île au titre du rapprochement familial.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Corse

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.