Corse : la Cour des comptes cible l'exception fiscale de l'île

Les sages s'intéressent à la perception de l'impôt très faible en Corse : exonérations injustifiées ou dérogations obsolètes.

France 2

L'île de beauté, un paradis qui est aussi fiscal. Selon la Cour des comptes, la Corse bénéficie de privilèges anciens et injustifiés en matière d'impôt. Premier cadeau fiscal : les vins corses vendus sur l'île ne sont pas soumis à la TVA. Autre privilège hérité de Napoléon, un enfant du pays, l'absence de taxe sur la circulation du vin. Des avantages qui coûtent cher à l’État : c'est plus de 50 millions d'euros de manque à gagner. 

Des privilèges à supprimer pour la commission des finances 

Mais pour cette commerçante, pas question de revenir sur ces avantages. "Je pense que ce serait très défavorable pour le commerce corse d'appliquer 20% de TVA sur le vin", explique Pauline Vrangier. Autre privilège : une taxe réduite sur le tabac pour un manque à gagner de 27 millions d'euros pour l'État. Il y a aussi une absence de taxe sur les poids lourds avec une perte de 600 000 euros pour les caisses de l'État. Des privilèges qui doivent être supprimés pour la commission des finances. Selon les élus locaux, ces cadeaux servent au développement de l'île.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le régime fiscal des tabacs pose problème en corse
Le régime fiscal des tabacs pose problème en corse (GAEL CORNIER / MAXPPP)