Corse : la coalition nationaliste réclame l'amnistie pour les prisonniers "politiques"

Les leaders de la coalition nationaliste, en tête des élections de dimanche 3 décembre, demandent l'amnistie pour les prisonniers "politiques" corses. Une qualification qui pose un certain nombre de questions. 

Voir la vidéo
franceinfo

L'amnistie pour les prisonniers "politiques" corses, c'est ce que demandent les leaders de la coalition nationaliste, à l'instar de Jean-Guy Talamoni, président de l'Assemblée de Corse. "Je pense à l'amnistie pour les prisonniers et les recherchés. Ce sont des questions dont Paris n'a pas voulu discuter depuis deux ans". Mais qui sont ces prisonniers ?

Pour l'État français, il ne s'agit pas de prisonniers "politiques"

Yvan Colonna est le plus connu des indépendantistes corses ; il a été condamné à perpétuité. Il est accusé d'avoir assassiné le préfet Claude Érignac le 6 février 1998, tout comme Alain Ferrandi, lui aussi condamné à perpétuité. Charles Santoni, lui, est accusé d'avoir tué un policier lors d'une fusillade à Ajaccio le 16 avril 1996. Il est condamné à 28 ans de réclusion criminelle. Nicolas Battini, lui, est accusé d'avoir commis un attentat contre la sous-préfecture de Corte en 2012. Il est condamné à 8 ans de prison pour cet attentat. Ces hommes ont tous été condamnés pour des attentats parfois meurtriers. L'Etat français ne les considère pas comme des prisonniers "politiques".

Gilles Simeoni le 3 décembre 2017 à Bastia, en Corse. 
Gilles Simeoni le 3 décembre 2017 à Bastia, en Corse.  (MAXPPP)