Agression d'Yvan Colonna : "Il y a un problème et un dysfonctionnement dans la gestion de son statut carcéral", dénonce l'avocat de la famille

Le pronostic vital d'Yvan Colonna est "toujours engagé" et "dans une situation gravissime", selon Me Spinosi, l'avocat de la famille du détenu, qui s'exprimait dimanche sur franceinfo.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Me Patrice Spinosi, le 5 avril 2013, à Paris. (CHRISTOPHE MORIN / MAXPPP)

"Il y a un problème et un dysfonctionnement dans la gestion du statut carcéral d'Yvan Colonna", a estimé dimanche 6 mars sur franceinfo Me Patrice Spinosi, avocat de la famille Colonna. Une information judiciaire va être ouverte pour "tentative d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteurs terroriste", a annoncé le procureur national antiterroriste lors d'une conférence de presse. La garde à vue de son agresseur a été levée ce dimanche.

franceinfo : Comment va Yvan Colonna ?

Me Patrice Spinosi : Son état est stationnaire, il est toujours dans le coma. Sa famille attend des nouvelles. Sa situation reste gravissime et son pronostic vital reste engagé.

Que pensez-vous des derniers éléments ?

L'enquête s'oriente exclusivement sur la personnalité de l'agresseur et ne semble absolument pas mettre en lumière un très grand nombre de questions que se pose la famille Colonna. Comment se fait-il que cette personne, dont on comprend qu'elle était extrêmement dangereuse, puisse bénéficier d'un poste d'auxiliaire et avoir la possibilité de se déplacer librement dans la prison ? Comment se fait-il, alors que cette agression qui va durer pendant pratiquement huit minutes et qu'elle est filmée, qu'il n'y ait aucun surveillant au sein du gymnase et manifestement personne derrière les caméras ? Comment un tel drame a-t-il pu arriver ? Pour le moment rien dans les éléments qui ont été rapportés par le procureur national antiterroriste n'est relatif à ces questions.

Une enquête a été confiée à l'inspection générale de la justice. Est-ce que c'est à elle de déterminer les éventuelles failles ?

C'est certainement à elle de le faire mais on peut douter, comme souvent quand il y a des agressions ou des incidents, de ce qu'il y ait une enquête particulièrement poussée. C'est la raison pour laquelle la famille d'Yvan Colonna va se constituer partie civile dans l'instruction qui vient de s'ouvrir pour tentative d'assassinat. Elle cherchera à réorienter le travail des juges d'instruction, non seulement pour déterminer les raisons qui ont poussé l'agresseur à attaquer Yvan Colonna mais aussi pour comprendre comment cette agression a pu avoir lieu, dans quelles circonstances et pourquoi n'y a-t-il pas eu plus tôt une intervention des forces de l'ordre et des surveillants.

Le suivi des détenus radicalisés est très important pour le procureur antiterroriste. Où en est-on à ce sujet ?

Nous sommes face à deux détenus particulièrement signalés et surveillés. C'est un statut extrêmement rare. Yvan Colonna n'est pas n'importe quel détenu. Il fait l'objet de surveillance spécifique et c'est la raison pour laquelle on lui a toujours refusé de pouvoir être incarcéré en Corse. On l'a maintenu dans une prison centrale en prétendant qu'on serait amené à mieux le surveiller, or il a été amené à côtoyer sans aucune surveillance d'autres détenus particulièrement dangereux qui l'ont agressé et fait qu'aujourd'hui qu’il est entre la vie et la mort. Donc, il y a un problème et un dysfonctionnement dans la gestion du statut carcéral d'Yvan Colonna qui a pu aboutir à ce drame.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Corse

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.