Cet article date de plus de neuf ans.

CGT, CFDT, FSU, Solidaires et Unsa appellent ensemble à des "manifestations unitaires" le 1er mai

Les cinq centrales syndicales placent la fête du travail sous le signe de la "solidarité internationale" avec les peuples arabes et du "progrès social" contre "l'exclusion et le racisme".Les cinq syndicats avaient défilé ensemble au 1er mai l'an dernier.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le défilé du 1er mai 2010 (AFP / Miguel Medina)

Les cinq centrales syndicales placent la fête du travail sous le signe de la "solidarité internationale" avec les peuples arabes et du "progrès social" contre "l'exclusion et le racisme".

Les cinq syndicats avaient défilé ensemble au 1er mai l'an dernier.

Dans un communiqué commun, CGT, CFDT, FSU, Solidaires et Unsa expriment "leur soutien aux peuples des pays arabes qui se soulèvent pour la dignité et la liberté". En France, selon eux, "le 1er mai 2011 se déroule dans un contexte de crise économique et sociale qui creuse les inégaliés et mine la cohésion sociale".

"Mobilisons-nous pour le 'vivre ensemble', la solidarité entre les salariés et l'égalité des droits, le choix de la paix, le choix du social. C'est de cette façon que reculeront l'exclusion, le racisme, le rejet de l'autre", affirment-ils.

Les cinq organisations appellent à des manifestations unitaires dans toute la France, exigeant que priorité soit donnée à l'emploi, par une "réelle politique industrielle qui réponde aux impératifs écologiques" et par des "services publics de qualité". Elles demandent des mesures en faveur des jeunes, qu'on "mette fin au non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite", qu'on "améliore les salaires, les pensions et le pouvoir d'achat".

Le 1er mai sera aussi "une journée de solidarité européenne", affirment les cinq syndicats qui dénoncent "les politiques d'austérité imposées par les Etats" de l'UE.

Comme en 2010, FO ne s'est pas associé à l'appel commun des cinq autres syndicats.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.