Tours : Jean Germain se donne la mort avant l'ouverture du procès des "mariages chinois"

L'ancien maire de Tours, Jean Germain s'est donné la mort à quelques heures de l'ouverture du procès des "mariages chinois". France 3 revient sur cette affaire.

FRANCE 3

Jean Germain, l'ancien maire de Tours et sénateur PS, a été retrouvé mort dans le garage de son domicile mardi 7 avril. Ce matin s'ouvrait le procès dit des "mariages chinois", affaire dans laquelle il était poursuivi pour complicité de prise illégale d'intérêt et détournement de fonds publics. Une lettre d'adieux a été retrouvée dans sa voiture. Son avocat, Me Dominique Tricaud, l'a lue devant les caméras : "Il est des êtres pour lesquels l'injustice et le déshonneur sont insupportables. Soyez sûrs que je n'ai jamais détourné un centime".

Une salariée de la mairie impliquée

À l'origine de l'affaire, les "mariages chinois", une opération séduction à destination des touristes chinois. Jean Germain présidait des cérémonies de faux mariages, à la française, pour attirer les touristes asiatiques en Touraine. Mais l'opposition dévoile que la propriétaire de la société organisatrice est une collaboratrice de Jean Germain, salariée de la mairie. "Je suis navrée de cette situation, mais je ne suis pas visée. Tout ce que j'ai fait c'est exposer la vérité", a commenté Lise Han.

Le JT
Les autres sujets du JT
Jean Germain, alors maire socialiste de Tours (Indre-et-Loire), peu avant les élections municipales de 2008, dans son bureau, le 8 février 2008.
Jean Germain, alors maire socialiste de Tours (Indre-et-Loire), peu avant les élections municipales de 2008, dans son bureau, le 8 février 2008. (ALAIN JOCARD / AFP)