Cet article date de plus de neuf ans.

Campus Bac, une nouvelle chaîne pour réviser devant la télé

La chaîne éphémère sera accessible aux abonnés de Canal + et de CanalSat à partir du 12 mai et cessera d'émettre le 22 juin, soit quatre jours après l'inaugurale épreuve de philo.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un jeune homme révise son baccalauréat, le 25 avril 2007, dans une salle de l'abbaye de l'île de Saint-Honorat, une des deux îles de Lérins, au large de Cannes. (ERIC ESTRADE / AFP)

Traditionnellement, le bachotage n'est pas l'apanage des téléphages. Désormais, réviser pour le baccalauréat et regarder la télévision ne sont plus deux activités incompatibles. CanalSat lancera dans quelques jours Campus Bac, la première chaîne entièrement dédiée à la préparation de l'examen roi. Une façon ludique de se mettre au travail, détaillée dans Le Parisien samedi 28 avril. 

Environ 650 000 candidats vont passer leur bac cette année. Comment organiser son planning ? Comment mémoriser les cours et établir ses fiches ? Faut-il se mettre sur son 31 pour passer l'oral ? Les chroniqueurs de la quotidienne "Passes ton bac d'abord !" tâcheront de coacher, tous les jours à 19h30, les aspirants bacheliers, explique le quotidien. La journée : cours synthétiques, documentaires et reportages se partageront l'antenne.

Entre le 12 mai et le 22 juin 

La chaîne éphémère sera accessible aux abonnés de Canal + et de CanalSat à partir du 12 mai et cessera d'émettre le 22 juin, soit quatre jours après l'inaugurale épreuve de philo. Pour les autres, un site internet et des applications pour mobiles et tablettes seront également proposées. De la modernité donc, mais aussi des classiques : la chaîne, conçue par le magazine spécialisé L'Etudiant et la chaîne Planète +, diffusera aussi  "l'Abécédaire de Gilles Deleuze", un programme de 1988 consacré à la philosophie.

"Il ne s'agit pas de se substituer aux révisions classiques, prévient le directeur adjoint du groupe Canal +, interrogé par Le Parisien. C'est un complément. Ça peut aussi être une opportunité d'intéresser les enfants à des matières qu'ils ont abandonnées." Pas question de mettre l'Annabac à la pouvelle.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.