Ayrault confirme les attaques de Montebourg à son égard

Dans le "JDD", le chef du gouvernement reconnaît que le ministre du Redressement productif l'a accusé de "gérer la France comme le conseil municipal de Nantes". 

Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg (à g.) et le Premier ministre Jean-Marc Ayrault sur le site d\'Alstom, à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), le 21 janvier 2013.
Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg (à g.) et le Premier ministre Jean-Marc Ayrault sur le site d'Alstom, à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), le 21 janvier 2013. (FRANK PERRY / AFP)

"Oui." Jean-Marc Ayrault s'est bien entendu dire par Arnaud Montebourg qu'il gérait "la France  comme le conseil municipal de Nantes". Dans une interview au Journal du dimanche (article sur abonnement) daté du 31 mars, le chef du gouvernement a confirmé les attaques du ministre du Redressement productif à son égard, alors qu'ils étaient en désaccord à propos du dossier de Florange. 

Dans le livre Florange, la tragédie de la gauche (Editions Plon), les journalistes Valérie Astruc et Elsa Freyssenet affirment qu'Arnaud Montebourg s'en est pris vertement au Premier ministre en décembre 2012 lorsque les deux hommes s'opposaient au sujet d'une éventuelle nationalisation du site industriel mosellan. Selon les deux journalistes, le ministre aurait alors exactement dit à l'ancien maire de Nantes (Loire-Atlantique) : "Tu fais chier la terre entière avec ton aéroport de Notre-Dame-des-Landes, tu gères la France comme le conseil municipal de Nantes."

"On peut donc vous parler comme ça et rester votre ministre?", interroge le JDD"Ce qui compte pour moi, c'est l'action de mon gouvernement pour le redressement du pays, sous l'autorité du chef de l'Etat", rétorque Jean-Marc Ayrault. "Nous sommes une équipe, nous devons jouer collectif", ajoute-t-il, se disant convaincu que ses ministres "travaillent d'arrache-pied au service de l'intérêt général".