Cet article date de plus de six ans.

Violences à Moirans : après la SNCF, le maire porte plainte

L'émeute de mardi a fait d'importants dégâts dans la commune.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un camion évacue les voitures brûlées de la voie ferrée, le 21 octobre 2015 à Moirans (Isère). (PHILIPPE DESMAZES / AFP)

Après l'émeute, les plaintes en justice. Le maire de Moirans (Isère), Gérard Simonet, a porté plainte contre les émeutiers qui ont vandalisé sa commune mardi, rapporte samedi 24 octobre Le Dauphiné Libéré. Une plainte qui rejoint sur le bureau des gendarmes de la ville celle de la SNCF, déposée jeudi.

"La ville aussi a subi des dommages, assure l'édile. Le parvis devant la gare a été endommagé, et il appartient à la commune. De plus, il a fallu déployer une importante logistique pour faire face à la situation et tout cela a également un coût"Un préjudice que le maire ne détaille pas pour le moment. "Cela va prendre encore du temps pour l'évaluer", justifie-t-il.

125 trains arrêtés

La SNCF ne donne pas non plus de montant précis. Mais, au total, 125 trains ont été arrêtés pendant la douzaine d'heures où l'émeute a perturbé le trafic. "Cela a un coût considérable", avait souligné mercredi Jean-Yves Coquillat, procureur de Grenoble.

La ville de Moirans, 8 000 habitants, a été le théâtre mardi après-midi d'une émeute déclenchée par des membres de la communauté des gens du voyage, qui ont saccagé la chaussée, endommagé un restaurant proche de la gare et incendié des voitures, après un refus des autorités de libérer un des leurs, incarcéré, pour assister aux obsèques de son frère. Cinq carcasses de voitures avaient été jetées sur la voie ferrée.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Violences à Moirans

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.