Savoie : les ossements retrouvés sont ceux d'Ahmed Hamadou, affirme l'avocat de la famille, "pas de certitude scientifique" selon le parquet

Les ossements découverts par un promeneur en octobre dans la forêt de Plancherine, en Savoie, sont ceux d'Ahmed Hamadou, affirme l'avocat de la famille Maître Didier Seban ce lundi. Le parquet ne confirme pas pour le moment, attendant une confirmation scientifique.

Article rédigé par
avec France Bleu Pays de Savoie - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le Fort de Tamié (Savoie), en mars 2018. (JEAN-PIERRE CLATOT / AFP)

Les ossements retrouvés dans la forêt de Plancherine près d'Albertville en Savoie sont bien ceux d'Ahmed Hamadou, a affirmé l'avocat de la famille Maître Didier Seban à franceinfo et à France Bleu Pays de Savoie, confirmant une information du Dauphiné. De son côté, le parquet reste prudent au sujet de ce lien, attendant encore une "certitude scientifique".

Ces ossements avaient été découverts par un promeneur en octobre dernier à proximité du fort de Tamié, lieu de disparition de deux hommes, Jean-Christophe Morin en 2011 et Ahmed Hamadou en 2012, lors d'un festival de musique électronique. Depuis, ces ossements étaient examinés par l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale. Une correspondance ADN avec Ahmad Hamadou a été établie par l'IRCGN, mais l'état très dégradé du crâne, resté très longtemps dans la nature, ne permet pas pour l'instant de la compléter totalement, indique France Bleu.

"Les éléments ADN, certes ne sont pas parfaits, mais suffisamment sérieux."

Didier Seban

à France Bleu Pays de Savoie

Selon l'avocat de la famille, "les vérifications permettent suffisamment d'identifier Ahmed Hamadou" et le crâne retrouvé est bien celui du Chambérien de 45 ans dont la disparition a été signalée en 2012. D'après lui, il faut maintenant "développer l'enquête, faire des fouilles sur place et lancer un appel à témoins de manière à ce que l'on sache dans quelles conditions ces deux hommes ont pu disparaître".

Mais, de son côté, le procureur de la République de Chambéry Pierre-Yves Michau affirme à franceinfo attendre encore des résultats d'examens et qu'il n'y a "pas de certitude scientifique à ce stade".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.