Disparition de Marie-Thérèse Bonfanti : sa famille lance une pétition sur le site de l'Assemblée nationale contre la prescription du crime 

Le principal suspect du meurtre de Marie-Thérèse Bonfanti en 1986 a été remis en liberté début décembre. Il avait avoué les faits l'an dernier.
Article rédigé par franceinfo - avec France Bleu Isère
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Une des zones de recherche des ossements de Marie-Thérese Bonfanti, à Grenoble, le 23 juin 2021. (DENIS MASLIAH / MAXPPP)

La famille de Marie-Thérèse Bonfanti, tuée en 1986, vient de lancer une pétition sur le site de l'Assemblée nationale pour contester la décision de la Cour de cassation de prescrire le crime, rapporte mercredi 27 décembre France Bleu Isère. Le 28 novembre dernier, la Cour de cassation a en effet prescrit le meurtre de Marie-Thérèse Bonfanti, disparue en 1986 à Pontcharra, en Isère. Le principal suspect, qui avait avoué les faits l'année dernière, a d'ailleurs été remis en liberté au début de ce mois de décembre.

C'est Silvana Saia, la petite sœur de la victime, qui a décidé de lancer cette pétition sur le site internet de l'Assemblée nationale, afin de demander à changer la loi. Si elle atteint 500 000 signatures, elle pourra être débattue dans l'hémicycle. "Je compte sur l'opinion publique qui nous a déjà beaucoup soutenus jusque-là", explique Silvana Saia à France Bleu Isère. "La loi sur la prescription d'un meurtre est devenue obsolète et donc injuste (...) Nous, nous voulons un procès pour rendre justice à ma sœur", ajoute-t-elle, alors que "le coupable continue sa vie impunément".

La question de cette prescription sera toutefois réexaminée, dans quelques mois, par la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Lyon. Mais en dernier recours, ce sera encore à la Cour de cassation de trancher.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.