Cet article date de plus d'un an.

Haute-Savoie : l'homme soupçonné d'avoir voulu voler le collier de la reine d'Égypte à Paris, finalement arrêté à Gaillard

L'homme de 31 ans projetait de commettre un nouveau braquage, un vol à main armée, cette fois en Suisse, avec trois autres personnes, selon France Bleu Pays de Savoie.
Article rédigé par franceinfo - avec France Bleu Pays de Savoie
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Gaillard (Haute-Savoie). (GOOGLE MAPS)

L'homme soupçonné d'avoir tenté de voler le collier de la reine d'Égypte à Paris en 2021 et recherché depuis plusieurs mois, a finalement été interpellé lundi 1er-Mai à Gaillard (Haute-Savoie), rapporte France Bleu Pays de Savoie, confirmant une information du journal Le Parisien.

L'homme âgé de 31 ans et originaire de région parisienne a été arrêté près d'Annemasse, par des agents de la brigade de répression du banditisme (BRB) de Versailles et par des agents de la police judiciaire d'Annecy et de Lyon. Il projetait de commettre un nouveau braquage, un vol à main armée, cette fois en Suisse, avec trois autres personnes.

Impliqué dans une dizaine de braquages

Le suspect était recherché dans le cadre d'une enquête pour tentative de vol du collier de la reine Nazly d'Égypte en juillet 2021, exposé à Paris et dont la valeur est estimée à plus de quatre millions d'euros. Avec un autre groupe d'individus, ils prévoyaient à l'époque d'utiliser des armes à feu et des explosifs. Le trentenaire avait alors été interpellé dans ce dossier mais il était finalement sorti de détention provisoire pour vice de procédure. Par la suite, il ne s'était pas présenté à son procès. À l'époque, le tribunal l'avait condamné à huit ans de prison. Il était recherché depuis.

A noter que cet individu est déjà impliqué dans plus d'une dizaine d'affaires de braquage à main armée dans des joailleries. Pour cette nouvelle tentative de braquage en Suisse, le parquet de Versailles s'est dessaisi de l'affaire au profit de celui de Thonon-les-Bains.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.