Meurtres dans la Drôme et en Ardèche : "le suspect n'était pas inscrit dans l'agence" Pôle Emploi et "on pense qu'il ne connaissait pas" la victime, affirme le procureur de Valence

Un homme a tué deux femmes jeudi matin à Valence et dans une commune voisine avant d'être interpellé par la police.

L\'agence Pôle emploi de Valence (Drôme), le 28 janvier 2021.
L'agence Pôle emploi de Valence (Drôme), le 28 janvier 2021. (PHILIPPE DESMAZES / AFP)
Ce qu'il faut savoir

"Le suspect n'était pas inscrit dans l'agence et on pense qu'il ne connaissait pas cette agent." C'est ce qu'affirme le procureur de la république de Valence, Alex Perrin, à propos de l'auteur du meurtre d'une conseillère Pôle emploi. Ce dernier a agi "comme s'il était inscrit à l'agence", en se dirigeant vers une borne et entrant en contact avec "un certain nombre d'agents", sans être agressif, a également précisé le magistrat. "Au moment de sortir, il a sorti une arme et fait feu à une reprise sur cette agent de 53 ans." Ce direct est désormais terminé.

Des similitudes troublantes. Des vérifications sont en cours en raison de similitudes entre l’assassinat d’une DRH dans le Haut-Rhin mardi 26 janvier et la mort d’une autre DRH ce jeudi 28 janvier dans la matinée à Guilherand-Granges en Ardèche, à l'Ouest de Valence, a appris franceinfo auprès d’une source judiciaire. 

Les agences Pôle emploi de la Drôme sont fermées jeudi et une minute de silence sera observée vendredi. La décision de la direction a été prise peu après l'interpellation d'un homme qui a tué deux personnes, dont une conseillère Pôle emploi à Valence. La direction de Pôle emploi réfléchit à un plan national pour sécuriser si besoin les agences sur tout le territoire. Les salariés et les syndicats se disent d'ores et déjà très choqués. Dans un communiqué, Pôle emploi a également déclaré qu'une minute de silence sera observée vendredi à midi, et précise qu'une cellule psychologique a été mise en place pour ses agents.

La ministre du Travail Elisabeth Borne et Jean Bassères, le directeur général de Pôle emploi, se rendent sur place jeudi. Sur place, la ministre a apporté son soutien au personnel de Pôle emploi, affirmant que "le courage et le sang-froid" des agents qui ont assisté au meurtre de leur collègue à Valence et relevé la plaque d'immatriculation du suspect "a permis certainement d'arrêter ce tueur"Dans un tweet publié plus tôt dans la journée, la ministre s'était dite "très émue par le drame qui s’est déroulé ce matin à Valence". Elle a adressé toutes ses pensées "aux proches des victimes et aux agents de Pôle emploi". Le directeur général de Pôle emploi, Jean Bassères, se rendra également à Valence. 

Le suspect est un ingénieur originaire de Meurthe-et-Moselle. Selon les informations de France Bleu Drôme Ardèche, il a été licencié il y a une dizaine d’années de l'entreprise Faun, où travaillait la DRH qui a succombé à ses blessures. Il y avait une quarantaine de salariés au moment où l’homme a ouvert le feu dans l’entreprise. L'homme a été interpellé sur le pont Mistral qui permet de relier les deux communes, Valence et Guilherand-Granges. Il était au volant de sa voiture et a percuté une voiture de police. Les trois policiers ont été légèrement blessés. "En intervenant avec professionnalisme, sang-froid et courage, nos policiers ont à nouveau fait honneur à leur uniforme : qu'ils reçoivent notre gratitude et notre reconnaissance", a également réagi le Premier ministre.

L'homme a ouvert le feu pour une raison encore inconnue, mais la piste terroriste est écartée. La piste d'une vengeance semble, pour l'instant, privilégiée. La conseillère Pôle emploi de l'agence Victor-Hugo, à Valence, a été touchée mortellement au thorax. Une vingtaine de personnes était présente dans les locaux. Le tireur a ensuite pris la fuite, en direction de Guilherand-Granges, située à l'ouest de Valence. Il s'est rendu dans une société, Faun, qui fabrique des carrosseries et remorques, où il a tiré sur la DRH. Très grièvement blessée, elle est morte à l'hôpital.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #VALENCE

00h06 : Et voici un dernier point sur l'actualité avant de se quitter :

  • La pression épidémique reste forte avec près de 23 770 nouvelles contaminations enregistrées ces dernières 24 heures, contre 22 848 jeudi dernier, selon Santé publique France. Retrouvez l'ensemble des chiffres quotidiens dans notre article.
  • "Plusieurs scénarios ont été discutés" dont celui du "confinement", a indiqué ce soir Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, après une rencontre avec les élus et représentants des groupes politiques du Parlement.
  • Après Pfizer et AstraZeneca, c'est au tour du laboratoire Moderna d'annoncer des retards dans les livraisons de vaccins. En conséquence, il n'y aura que 400 000 nouveaux rendez-vous ouverts demain pour la première injection du vaccin, contre 500 000 annoncés.
  • Jean Le Cam a franchi la ligne d'arrivée du Vendée Globe ce soir après 81 jours, 5 heures, 59 minutes et 55 secondes en mer. Il se classe quatrième après déduction des compensations qu'il a obtenues pour le sauvetage de Kevin Escoffier.
  • Un homme armé a tué par balles ce matin une conseillère Pôle Emploi à Valence et une salariée d'une entreprise ardéchoise où il avait été employé, avant d'être interpellé puis placé en garde à vue. Voici ce que l'on sait de ce drame.

20h18 : "Cela fait déjà un certain temps que nous tirons la sonnette d'alarme".

Le métier de conseiller Pôle emploi est devenu de plus en plus difficile, d'après Vincent Kerlouegan, délégué syndical du SNU-Pôle Emploi-FSU. "Nous alertons sur les manques de moyens criants accordés au service public de l'emploi à Pôle emploi", clame-t-il sur franceinfo.

20h14 : Il est 20 heures, faisons un point sur l'actualité :

Le couvre-feu a jusqu'ici permis "d'éviter" une vague épidémique d'ampleur mais est "probablement insuffisant" pour faire face à la propagation des variants, qui "appellent de nouvelles mesures pour nous protéger", a affirmé le ministre de la Santé, Olivier Véran, lors d'une conférence de presse.

Anne Hidalgo demande à Jean Castex la mise en place de mesures de protection renforcées pour les enseignants et les élèves, dans le cas où l'exécutif maintiendrait l'ouverture des établissements scolaires, ce qu'elle appelle de ses vœux.

Un homme armé a tué par balles ce matin une conseillère Pôle Emploi à Valence et une salariée d'une entreprise ardéchoise où il avait été employé, avant d'être interpellé puis placé en garde à vue.

L'enquête sur l'agression de Yuriy progresse : neuf mineurs et un majeur ont été interpellés à Vanves (Hauts-de-Seine) et placés en garde à vue dans la matinée, selon le parquet de Paris.

18h01 : Il est 18 heures, voici les principaux titres de ce jeudi :

• Le couvre-feu a jusqu'ici permis "d'éviter" une vague épidémique d'ampleur mais est "probablement insuffisant" pour faire face à la propagation des variants, qui "appellent de nouvelles mesures pour nous protéger", a affirmé le ministre de la Santé, Olivier Véran, lors d'une conférence de presse.

• Le Premier ministre, Jean Castex, a entamé cet après-midi une série de consultations sur un éventuel confinement. Selon nos informations, il a promis aux parlementaires l'organisation d'un débat et d'un vote au Parlement en cas de durcissements des mesures sanitaires. Suivez notre direct.

• Une conseillère Pôle emploi et la DRH d'une entreprise ont été tuées par balles, ce matin, à Valence et dans une commune voisine. Un suspect sans antécédents judiciaires a été interpellé par la police, qui cherche à présent à déterminer ses motivations.

• Douze départements de l'est du pays, de la Meurthe-et-Moselle à la Corse-du-Sud, sont placés en vigilance orange pour des risques d'inondations, de crues, d'avalanches ou encore de vents violents.

17h04 : Selon France Bleu Alsace, les enquêteurs s'intéressent à un lien éventuel entre le double meurtre d'aujourd'hui, le meurtre d'une DRH dans le Haut-Rhin mais aussi la tentative de meurtre d'un ex-collègue de cette dernière DRH peu après. "Il m'a raté d'une dizaine de centimètres et je ne sais pas pourquoi il n'a pas retiré", raconte l'homme agressé chez lui.

16h52 : Le suspect n'avait "pas d'antécédents judiciaires", affirme le procureur de Valence. Son domicile à Nancy a été perquisitionné mais ses motivations restent inconnues : "Il n'y a pas de logique particulière", seulement "un lien avec l'emploi".

17h41 : Selon le procureur, le suspect "aurait travaillé entre 2008 et 2010" dans l'entreprise où une DRH a été abattue. Sur place, ce matin, "il a demandé à voir un responsable", depuis parti à la retraite, puis il est "monté dans les bureaux" avant de "faire feu à plusieurs reprises" sur la victime.




(WILLY MOREAU / RADIO FRANCE)

16h56 : "Le suspect n'était pas inscrit dans l'agence et on pense qu'il ne connaissait pas cette agent."

Le procureur affirme que l'auteur du meurtre d'une conseillère Pôle emploi a agi "comme s'il était inscrit à l'agence", en se dirigeant vers une borne et entrant en contact avec "un certain nombre d'agents", sans être agressif. "Au moment de sortir, il a sorti une arme et fait feu à une reprise sur cette agent de 53 ans."

16h42 : Apportant son soutien au personnel de Pôle emploi, la ministre du Travail, Elisabeth Borne, affirme que "le courage et le sang-froid" des agents qui ont assisté au meurtre de leur collègue à Valence et relevé la plaque d'immatriculation du suspect "a permis certainement d'arrêter ce tueur".

16h16 : Dans un communiqué, Pôle emploi annonce qu'une minute de silence sera respectée, demain, dans l'ensemble des agences du pays. Celles-ci seront fermées au public mais "les services de Pôle emploi restent accessibles à distance et les conseillers sont mobilisés".

16h09 : Selon nos informations, des vérifications sont en cours en raison de similitudes entre le meurtre d’une directrice des ressources humaines, ce matin, près de Valence, et la mort d'une autre DRH dans le Haut-Rhin avant-hier. Cette dernière a été abattue dans sa voiture sur le parking de son entreprise.

16h02 : "La maltraitance des demandeurs d'emploi entraîne la maltraitance des agents."

Cette syndicaliste appelle la direction de Pôle emploi à "s'interroger pour savoir ce qui s'est passé" ce matin dans une agence de la Drôme. La CGT réclame à l'exécutif "des actes immédiats en faveur des populations les plus impactées" par la crise.

16h17 : Comme annoncé à la mi-journée, la ministre du Travail, Elisabeth Borne, se rend dans l'agence Pôle emploi de Valence où une conseillère a été tuée par balle en début de journée.




(WILLY MOREAU / RADIO FRANCE)

15h51 : Après le meurtre d'une conseillère dans la Drôme, Pôle emploi a décidé de fermer l'ensemble de ses agences dans le pays demain. Les dix agences situées dans la Drôme et l'Ardèche ont cessé leur activité dès ce matin.

15h10 : En ce milieu d'après-midi, voici les articles les plus lus sur notre site :

• Le replay du point-presse d'Olivier Véran sur l'efficacité "insuffisante" du couvre-feu face aux variants

• Notre direct pour suivre les dernières informations sur l'épidémie et les restrictions à l'étude

• Notre article sur le meurtre d'une conseillère Pôle emploi et d'une DRH d'entreprise à Valence et dans sa banlieue

14h00 : Il est 14 heures, voici un nouveau point sur l'actualité :

• Le ministre de la Santé, Olivier Véran, doit s'exprimer d'un instant à l'autre pour faire le point sur la circulation du coronavirus en France, une intervention à suivre dans notre direct. Le Premier ministre, Jean Castex, entame, lui, une série de consultations sur un éventuel confinement.

• Une conseillère Pôle emploi de Valence (Drôme) et une DRH d'une entreprise de la commune voisine de Guilherand-Granges (Ardèche) ont été tuées par balles, ce matin. Un suspect a été rapidement interpellé par la police, qui cherche à présent à déterminer ses motivations.

Huit mineurs et un majeur ont été interpellés ce matin à Vanves (Hauts-de-Seine) en lien avec le violent passage à tabac à Paris du jeune Yuriy, 15 ans, il y a deux semaines. Ils ont été placés en garde à vue notamment pour "tentative d’assassinat".



Et le vainqueur est... Yannick Bestaven. A la faveur d'une compensation obtenue pour s'être dérouté après le naufrage de Kevin Escoffier, le skipper de 48 ans a remporté la 9e édition du Vendée Globe après 80 jours, 13 heures, 59 minutes et 46 secondes de course.

13h24 : Les motivations du suspect restent à ce stade inconnues. Selon France 3 Auvergne-Rhône-Alpes, il a tenu des propos incohérents au début de sa garde à vue.

13h19 : Selon le procureur de Valence, une arme à feu a été retrouvée dans les locaux de l'entreprise dont la directrice des ressources humaines, âgée de 51 ans, a été tuée. La conseillère Pôle emploi tuée quelques minutes plus tôt avait 53 ans, précise le magistrat, cité par Le Dauphiné.

13h13 : Après le meurtre d'une conseillère de Valence, l'ensemble des agences de Pôle emploi dans la Drôme ont fermé leurs portes. La direction de l'entreprise réfléchit à un plan national pour sécuriser les agences sur tout le territoire si besoin.

12h49 : Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, et le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, réagissent à leur tour aux meurtres commis à Valence et dans la commune voisine de Guilherand-Granges.

12h42 : Ancien de Pôle Emploi, j’apporte mon soutien à tous les conseillers.

12h43 : "C'était une femme appréciée de ses collègues, très investie dans son travail, qui a été tuée gratuitement."

Devant l'agence Pôle emploi prise pour cible, le maire de la commune évoque "des employés vraiment sous le choc, qui se donnent à fond dans leur travail au service de leurs concitoyens".





12h38 : La ministre du Travail fait savoir qu'elle se rendra à Valence cet après-midi pour soutenir les collègues de la conseillère Pôle emploi tuée par balles. Une cellule psychologique a été ouverte sur place, tout comme dans l'entreprise dont la DRH a été abattue.