Attaqué de toutes parts, le camp Hollande riposte

Les critiques pleuvent contre le candidat PS à la présidentielle, François Hollande. Le ministre de l'Education nationale, Luc Chatel, l'a comparé lundi 14 novembre à Babar tandis que Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche, a évoqué un "capitaine de pédalo" dans la tempête. L'eurodéputé écologiste Daniel Cohn-Bendit a lui estimé mardi que le socialiste était en train de "se ségoléniser", perdant le contrôle de sa campagne à peine désigné. Mais la riposte n'a pas tardé. Deux proches d'Hollande, le député-maire d'Evry (Essonne), Manuel Valls, et le député du Doubs Pierre Moscovici, ont mis en garde lundi contre les divisions à gauche et dénoncé des attaques personnelles de l'UMP.

Louis San

Les critiques pleuvent contre le candidat PS à la présidentielle, François Hollande. Le ministre de l'Education nationale, Luc Chatel, l'a comparé lundi 14 novembre à Babar tandis que Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche, a évoqué un"capitaine de pédalo" dans la tempête. L'eurodéputé écologiste Daniel Cohn-Bendit a lui estimé mardi que le socialiste était en train de "se ségoléniser", perdant le contrôle de sa campagne à peine désigné. Mais la riposte n'a pas tardé. Deux proches d'Hollande, le député-maire d'Evry (Essonne), Manuel Valls, et le député du Doubs Pierre Moscovici, ont mis en garde lundi contre les divisions à gauche et dénoncé des attaques personnelles de l'UMP.

Le député socialiste du Doubs Pierre Moscovici sur le plateau de l\'émission Mots Croisés, sur France 2, le 14 novembre 2011.
Le député socialiste du Doubs Pierre Moscovici sur le plateau de l'émission Mots Croisés, sur France 2, le 14 novembre 2011. (France 2)