Abandon de l'Exposition universelle de 2025 : "On coule un joli projet qui aurait pu faire entrer la France dans une belle décennie"

Le vice-président de la candidature de la France pour l'Exposition universelle de 2025, Luc Carvounas a jugé, samedi sur franceinfo, ce retrait "incompréhensible" et s'en est pris au Premier ministre.

Le vice-président du comité de candidature de la France pour l\'Exposition universelle de 2025, Luc Carvounas, à Paris, le 17 juillet 2017.
Le vice-président du comité de candidature de la France pour l'Exposition universelle de 2025, Luc Carvounas, à Paris, le 17 juillet 2017. (ALAIN JOCARD / AFP)

Luc Carvounas, le vice-président du comité de candidature de la France pour l'Exposition universelle de 2025, a dit sur franceinfo samedi 20 janvier ne pas comprendre pourquoi le Premier ministre a décidé de retirer le pays de ce projet. Le Premer ministre a adressé une lettre aux élus concernés par le projet. Selon Luc Carvounas, "par facilité, pour ne pas dire par paresse politique, on coule un joli projet qui aurait pu faire entrer la France dans une belle décennie, avec le rugby [Coupe du monde en 2023], les Jeux olympiques [de Paris 2024] et l'Exposition universelle".

Pour expliquer son choix, Edouard Philippe met en doute la viabilité économique de la candidature française, dont le budget prévisionnel est de 3,5 milliards d'euros. Il n'est pas certain que les retombées économiques soient suffisantes.

Choix personnel du Premier ministre

Le vice-président du comité de candidature met en cause un choix personnel. "Edouard Philippe, qui a démontré peu d'attirance pour le projet, nous lâche en rase campagne. Ce qui est incompréhensible car on a un président de la République qui fait partie des premiers à être à nos côtés parce qu'il y croyait", regrette Luc Carvounas, qui souligne que des milliers de communes se sont engagées.

Il y avait un engouement populaire plus grand que les JO, des sondages le démontraient. Et de but en blanc, assez sèchement, on a cette reculade.Luc Carvounas

Pour le vice-président du comité de candidature de la France pour l'Exposition universelle de 2025, les arguments économiques d'Edouard Philippe ne tiennent pas. "On se retire sous des allures de 'Ça ne tiendra pas la route pour des aspects économiques et financiers', alors que justement depuis le début on a co-construit un projet qui n'aille pas taper dans la poche des contribuables et des Français".