A Belle-Île, le casse-tête de l'eau douce

Une équipe de France 3 s'est rendue à Belle-Île où durant plusieurs années, l'eau douce fut la source d'une polémique. Reportage.

FRANCE 3

Alors que 71% des Français aiment le goût de l'eau du robinet, selon une étude publiée jeudi 9 avril, une équipe de France 3 s'est rendue à Belle-Île-en-mer où l'épineux sujet de l'eau douce fait polémique depuis des années.  Sur la plage des Grands Sables, un tuyau défigure le paysage pourtant magnifique. "D'un côté, un tuyau qui pompe de l'eau de mer pour dessaler, et de l'autre côté, au printemps, à l'automne et à l'hiver, de l'eau douce qui ruisselle des vallons et qui coule à la mer. On est en plein paradoxe", explique un expert.

Un système de stockage amélioré

Ici, l'usine de dessalement a été installée après un difficile épisode de sécheresse en 2006. Durant l'été, alors que la population est multiplée par sept, il avait fallu convoyer l'eau douce par cargo-citerne. Le dessalement avait toutefois fait polémique en raison de son coût exorbitant. Le procédé vient d'être abandonné. Pour l'expert, le problème Belle-Ile est un "problème de stockage, et puis de gestion et d'utilisation raisonnée de l'eau". Car si la pluie tombe en importance grandement suffisante sur l'île, celle-ci n'a pas de nappes phréatiques. Il faut donc stocker l'eau. Des points de captage ont été mis en place, l'eau est ensuite acheminée dans les trois barrages où elle sera stockée pour l'été. Le système est aujourd'hui amélioré et renforcé pour tenir les mois d'été.

Le JT
Les autres sujets du JT