À 87 ans, il est jugé pour avoir aidé sa femme à mourir

Pour la première fois de sa vie, cet homme se retrouve devant un tribunal. Jean Mercier comparait pour non-assistance à personne en danger.

FRANCE 2
Jean Mercier, 87 ans, est jugé depuis aujourd'hui, mardi 22 septembre, pour non-assistance à personne en danger. Il y a quatre ans, il avait aidé sa femme gravement malade, à mettre fin à ses jours. Elle et lui s'étaient jurés le moment venu de s'entraider.
Sa femme avec qui il vivait depuis 55 ans était dépressive. Elle souffrait d'une maladie osseuse et voulait en finir. Il l'a aidé. C'est lui qui lui a tendu les médicaments qui ont conduit à sa mort.

Trois ans avec sursis ?

Fournir des médicaments n'est pas une infraction, ce que reproche le procureur à Jean Mercier, c'est d'avoir assisté à l'agonie de sa femme, sans alerter les secours. Et pour cette faute, il requiert au minimum une peine de trois ans avec sursis. "C'est idiot, où je suis coupable, où je ne le suis pas. Si je suis coupable, je ne vois pas ce que le sursis vient faire. Pourquoi le sursis ? Parce que je suis vieux ? Je suis autant condamnable étant vieux qu'étant plus jeune", s'insurge Jean Mercier.
Le tribunal a mis son jugement en délibéré. Jean Mercier milite aujourd'hui pour qu'en France, à l'instar de la Suisse, une loi organise le suicide assisté.

 

Le JT
Les autres sujets du JT