Cet article date de plus de dix ans.

3 jeunes de 18 à 19 ans ont été mis en examen samedi par un juge de Cambrai après la mort d'un bijoutier le 3 février

Ils ont reconnu leur participation à un braquage au cours duquel le commerçant est mort. Ils avaient emporté un butin de seulement 40 euros.Ils ont été déférés dans la matinée de samedi pouir "vol avec violences ayant entraîné la mort", a déclaré le procureur de la République, Eric Vaillant.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
300 à 400 personnes ont participé le 6 février 2011 à Cambrai à un rassemblement en hommage au bijoutier (AFP - FRANCOIS LO PRESTI)

Ils ont reconnu leur participation à un braquage au cours duquel le commerçant est mort. Ils avaient emporté un butin de seulement 40 euros.

Ils ont été déférés dans la matinée de samedi pouir "vol avec violences ayant entraîné la mort", a déclaré le procureur de la République, Eric Vaillant.

Installé à Cambrai depuis 1975, le bijoutier Hervé Bouquignaud, 65 ans, est mort après avoir reçu deux coups de couteau, dont l'un fatal, lors d'un braquage perpétré par trois malfaiteurs, selon le magistrat.

Le principal suspect, qui a reconnu être l'auteur des coups de couteau, a été identifié grâce à son ADN, retrouvée sur sa cagoule et son écharpe arrachées par un restaurateur intervenu lors du braquage, selon Eric Vaillant. L'arme du crime, un couteau papillon,
avait été retrouvé sur les lieux des faits.

Il a été arrêté jeudi matin, le second à la mi-journée, le troisième vendredi matin, selon le procureur.

Les trois suspects, déjà connus des services de police, ont expliqué avoir commis ce
braquage pour honorer une dette de cannabis, selon le procureur. Ils habitent chez leurs parents et sont sans activité professionnelle. Ils encourent la réclusion criminelle à perpétuité.

A Cambrai , le décès d'Hervé Bouquignaud avait suscité une vive émotion. Plusieurs centaines de personnes, dont de nombreux commerçants, lui avaient rendu hommage le 6 février dans le centre de la ville.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.