"C'est particulier de défiler avec mon grand" : pour le 14-juillet, un père et son fils vont descendre ensemble les Champs-Élysées

Emmanuel et Yohann appartiennent au 2e régiment du matériel et vont défiler ensemble pour la première fois. 

Les \"matochards\" du 2e régiment du matériel en maintenance durant l’opération Barkhane
Les "matochards" du 2e régiment du matériel en maintenance durant l’opération Barkhane (SIRPAT Armée de Terre)

Parmi les 4 212 participants au défilé du 14-juillet à Paris, il y aura deux hommes, avec une relation particulière. Ils appartiennent au même régiment, le 2e régiment du matériel, et vont défiler dans le même camion ce dimanche, et ils sont père et fils.

Même képi et même nom de famille 

Il y a Yohann, le fils âgé de 30 ans et maréchal des logis, et Emmanuel, le père adjudant-chef de 52 ans. "C'est mon premier défilé au bout de 34 ans de service. C'est particulier de défiler avec mon grand dans le même véhicule", raconte Emmanuel. "On se raconte la vie de famille. J'ai ma sœur qui a accouché il n'y a pas longtemps... On discute de tout et de rien", poursuit le plus jeune. 

A eux deux, le père et le fils totalisent 21 opérations extérieures. Ils reviennent à peine tous deux du Sahel d'ailleurs. "J'étais côté Est au Tchad, lui était côté Ouest au Mali, raconte Emmanuel. Forcément, le commandement n'a pas voulu nous mettre tous les deux au même endroit pour des questions de sécurité".

Une relation familiale sur le terrain 

Emmanuel reconnaît qu'en tant que père, il s'inquiète pour son fils "surtout quand il est parti sur les combats". "Je le rassurais, en général ça se passait très bien, précise Yohann. On est conscient du danger mais ça reste notre métier principal et on est toujours content de le faire". 

Quand Yohann est né, Emmanuel était en Opex. Les absences de son père ne l'ont jamais dégoûté de l'armée, au contraire. Les histoires paternelles l'ont poussé à s'engager. Dans la famille, solide et soudée, comme ils disent tous les deux, la petite sœur est policière, le dernier gendarme.

Le reportage de FrancK Cognard
--'--
--'--