Feuilleton à Marseille

a revoir

Diffusé le 15/09/2013Durée : 00h30

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

J'avais un garçon de dix-neuf ans, on l'a tué en mars. Pour lui, j'ai tout fait, je suis allé voir un juge des enfants.

Je suis allée lui dire que mon enfant était en danger dans la cité où j'habite, qu'il pouvait pourtant s'en sortir, que je voulais qu'il sorte de Marseille pour aller en internat. Je n'ai pas été entendue. Je me suis occupée de mon enfant, mais à un certain âge, la rue te vole ton enfant.

Ce week-end, le FN se réunissait de l'autre côté de la ville pour son université d'été, pas très loin des quartiers Nord, pas très loin dans les sondages non plus.

L. Delahousse : L'invitée de ce dimanche. Plus de 120 films, les plus grands réalisateurs dans le monde entier, elle est aujourd'hui LA femme française. Elle est brillante, toujours moderne, anticonformiste. Catherine Deneuve ne peut ignorer qu'elle suscite le désir depuis des années. Bonsoir, merci d'être avec nous. Anticonformiste, cela vous va.

C. Deneuve : Oui, ça me va.

L. Delahousse : Plus rock and roIl que bourgeoise.

C. Deneuve : Oui, il ne faudrait pas non plus que ça devienne comme un titre! Mais sans doute, pour les gens qui ne me connaissent pas et qui ont une image de moi assez sophistiquée, je suis beaucoup moins classique.

L. Delahousse : Et vous aimez le jardinage.

C. Deneuve : J'adore la nature, oui.

L. Delahousse : Vous aimez toujours autant les interviews.

C. Deneuve : Aussi peu, vous voulez dire? Ça va. Ça dépend, j'aime bien quand c'est en direct, ou a la radio. J'ai plus de mal avec la presse écrite.

L. Delahousse : Je sais que vous n'aimez pas qu'on vous demande des réponses définitives, sur la crise, sur Depardieu.

C. Deneuve : Depardieu, je le connais, je peux dire deux ou trois choses de lui. Je l'aime et je le trouve très drôle, il me fait beaucoup rire dans la vie. Sinon, il y a beaucoup de choses avec lesquelles je ne suis pas d'accord. Mais je ne discute pas beaucoup avec Gérard. Là, il s'est beaucoup exposé sur un plan politique et je ne partage pas ses idées.

L. Delahousse : Si je vous dis que vous êtes la plus grande actrice française.

C. Deneuve : Ca, non! Je ne me sens pas concernée. C'est comme dire de quelqu'un "la plus belle femme du monde".

L. Delahousse : Quand un film sort avec Catherine Deneuve, cela devient pesant ou c'est un jeu.

C. Deneuve : J'ai la chance de pouvoir penser aux films, je peux me défendre un peu. Mais il faut être vigilant, ne pas se sentir piégé par quoi que ce soit. C'est toujours le film qui compte. Cela m'aide à répondre. Mais il y a tout de même de temps en temps, surtout quand je tourne, des fois où je me dis que je dois être à la hauteur de quelque chose.

L. Delahousse : 120 films, vous ne les regardez jamais.

C. Deneuve : Si je tombe sur un film que j'ai tourné à la télévision, je peux regarder dix minutes. Mais je n'ai pas beaucoup de temps.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==