Feuilleton 3/5 : "Dans le sanctuaire des plantes"

a revoir

Présenté parElise Lucet

Diffusé le 12/06/2013Durée : 00h49

Notre feuilleton maintenant, on vous fait découvrir les coulisses du Jardin des plantes. C'est un îlot de verdure, crée à Paris il y a près de 4 siècles. On peut y admirer des végétaux venus du monde entier.

Extrait musical.

Au coeur du Jardin des plantes, Michel, le chef jardinier.

La plantation, là.

Ces plantes ne sont pas comme les autres. Elles sont toutes originaires de zones montagneuses. Fragiles, elles nécessitent tout le savoir-faire de Michel pour s'adapter à leur nouvel environnement parisien.

Elles viennent de Russie, Chine, Japon et Coree. Secteur Japon Chine.

On y va.

Au jardin alpin, on reconstitue les milieux montagnards au plus près des conditions naturelles. On y cultive 2 O00 variétés. Il y faut du doigté et une météo favorable.

Le temps n'est pas avec nous aujourd'hui. On va les dépoter, tu tapes un coup comme ça, ça part tout seul. Après, tu casses le cul, tu enlèves le gravier du fond. Tu éparpilles les racines pour qu'elles aillent chercher la nourriture. Là, on peut la planter.

C'est au début du XXe siècle que germe l'idée du jardin à thèmes.

Le jardin alpin est un microcosme montagnard. On a voulu en 1930 sensibiliser le public à la protection de la nature. On ne parlait pas d'écologie ni de développement durable. A cette époque-là, on s'est aperçu que dans la montagne, L'idée était de faire venir la montagne à Paris, en plein Ve, et de faire partager ses connaissances.

Le jardin ne noie sous la pluie. Cela n'arrêtera pas Michel.

Les plantes vivantes ont une mémoire. Agathe, notre dessinatrice, a rendez-vous avec Cecile, conservatrice a l'herbier national. C'est l'une des plus anciennes blibliothèques de plantes séchées au monde. Agathe lui présente les résultats d'une mission au Vietnam, où une nouvelle espèce de bananiers vient d'être découverte.

J'ai fait des croquis de terrain sur place. Cela m'a permis de faire la planche, je viens juste de la finir. C'est une avant-première.

Là, il y a de la couleur.

On a toutes les vues possibles pour déterminer que c'est cette espèce.

Pour conserver ces 8 millions de plantes sèches, l'herbier national offre des conditions de lumière et de températures très strictes. On étudie encore le livre de Jean-Jacques Rousseau. Connaître les travaux passes permet de mieux appréhender le présent.

Il a acquis cet herbier 4 mois avant de mourir. On retrouve son écriture là-dessus. Il a fait un travail de botaniste, un travail critique.

L‘aventure initiée par Rousseau et tant d'autres se poursuit. Le monde des plantes recèle encore bien des mystères.

On travaille sur les anciennes et nouvelles récoltes. On continue de récolter, il y a encore de grandes missions. Il y a encore beaucoup de récoltes à répertorier.

Les jeunes plants du jardin exigent des soins immédiats.

1,2,3,4,5. On vérifie si l'intervalle est régulier. C'est le cas, c'est bon. On a surtout des plantes basses. Là-bas, on travaille sur des plantes tropicales qui ont plus de volume. Elles vont casser toute cette perspective.

Les plantations sont menées tambour battant. Demain s'ouvre la grande fête du Jardin des plantes. Les massifs doivent être impeccables.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==