Cet article date de plus de neuf ans.

Feuilleton 2/5 : "De la vigne à la table"

Publié
Temps de lecture : < 1 min.
Article rédigé par
France Télévisions

Selon un récent sondage, seuls 21% des Français se disent rassurés par ces labels.

Elise Lucet : Merci. Parlons encore de la gastronomie française avec notre feuilleton qui vous fait découvrir les coulisses des foires au vin. Aujourd'hui, nous allons assister a la préparation de l'événement dans un hypermarché. Il faut préparer la première soirée de dégustation pour les clients les plus fidèles.

Le magasin n'est pas encore ouvert. Dans cet hypermarché parisien, c'est l'effervescence. 12 salariés ont travaillé toute la nuit. Dernière ligne droite pour l'installation de la foire aux vins. Un rendez-vous a ne pas manquer pour le responsable de ce secteur.

L'objectif c'est que nos clients ne perdent pas de temps. Se repèrent rapidement car il y a 1000 m2. Les clients voient tout de suite où les vins sont installés.

Il a fallu 5 nuits pour tout mettre en rayon.

Il n'y a jamais de casse a l'installation.

De temps en temps mais on fait attention. Là il y a eu un carton cassé.

L'objectif du magasin, vendre 250 000 bouteilles. 8 bouteilles sur 10 sont vendues en grande distribution. Pour le responsable des vins, il faut attirer le client.

La deco a fait un travail exceptionnel.

C'est très joli avec ces vignerons qui apparaissent bien.

Il en faut pour tous les budgets. La moitié des vins coûtera entre 4 et 8 euros. La vitrine du magasin, c'est la gamme de grands crus.

Il faut respecter un juste équilibre. On a des grands crus a des prix abordables, dans les 10 à 12 euros jusqu'à 50 euros. On ne monte pas à des prix astronomiques. Il faut que les clients puissent les consommer dans les années suivantes.

Dans quelques heures, une avant-première permettra aux meilleurs clients de goûter et d'acheter les vins. Face à l'offensive de la grande distribution, certains cavistes ont pris les devants. Installé sur un boulevard parisien, ce caviste propose régulièrement à ses clients des offres spéciales.

Vous faites des foires aux vins.

On fait la foire toute l'année. On appelle ça un décuvage. Foire aux vins, ça fait foire aux bestiaux. Nous travaillons plutôt avec des stocks limités. Les vignerons avec lesquels nous travaillons n'ont que peu de vins à vendre. On ne s'affronte pas sur le même terrain.

Une caverne d'Ali Baba où les clients en quête de joyaux rares tentent de se frayer un chemin. Rien de commun avec les allées et les stocks gigantesques de l'hypermarché de banlieue. La foire aux vins ouvre demain, mais pour cette soirée 2000 privilégiés sont attendus. Ce vigneron de la région bordelaise a fait le déplacement pour faire découvrir ses nouveaux millésimes.

Vous dégustez notre dernier bébé, le 2011. Il a une belle note à la "Revue des vins de France".

Il a vendu 50 000 bouteilles à cette enseigne. Il a fallu négocier.

On a discuté les prix, ce qui est normal. On a maintenu nos tarifs par rapport à l'an dernier. Nous sommes satisfaits.

Tout est fait pour séduire le client, comme ces petits amuse-gueules associés au vin. Les clients avertis cherchent les vrais bon plans.

On peut faire des affaires. Il faut être vigilant, ne pas se précipiter. L'expérience permet de trouver les bonnes affaires. Certains produits d'appel sont intéressants, d'autres moins. Ça dépend des goûts, c'est la magie du vin. Difficile de parler de soldes. Certains vins sont spécialement fabriques pour les grandes surfaces comme chez cette productrice.

Le client qui va acheter notre produit en grande surface ne va pas l'acheter moins cher qu'au domaine. Ce sera le même prix. On ne va pas dévaloriser notre produit. C'est un accord que l'on a avec la grande distribution.

Vous ne vendez qu'au moment de la foire aux vins.

Oui. C'est une cuvée destinée à la grande distribution.

Pour certains clients, pas question de s'attarder. Il faut faire vite et remplir le ou les caddies de grands crus comme ce client anglais.

Ma femme arrive, je peux décharger et en prendre davantage.

Vous avez besoin d'un deuxième caddie.

C'est pour ça que ma femme s'est proposée de venir aussi. On trouve des bons prix, il faut choisir les produits. Savoir ce que l'on fait. On le fait chaque année. Pour les Anglais, le Bordeaux c'est une région anglaise reprise parla France.

Grands crus ou pas, le Bordeaux représente 40% de l'offre des grandes surfaces. Le chiffre d'affaires de la soirée est une réussite pour ce magasin. Un excellent début avant l'ouverture officielle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.